Solaire : Bruno Le Maire s'est saisi du dossier Sillia VL

Trois semaines supplémentaires pour sauver Sillia VL. Dans un climat social tendu entre les deux sites de l'entreprise, le tribunal a annoncé un nouveau délai pour étudier les offres des repreneurs de ce fleuron français de l'industrie photovoltaïque. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, est également à la manœuvre. Le propos est de pouvoir compter sur un carnet de commandes suffisant pour faire venir ou revenir des repreneurs.

3 mn

(Crédits : ERIC VIDAL)

Comme évoqué dans nos colonnes hier, le tribunal de commerce de Lyon a prolongé jusqu'au 14 juin la procédure de redressement judiciaire de Sillia VL, l'ex-numéro un français de l'assemblage de modules solaires. Les juges consulaires ont accédé à la demande de Robert-Louis Meynet, l'administrateur judiciaire. L'espoir de ce nouveau sursis est de trouver une solution pour sauver l'unité de Lannion, et les 44 employés.

Le cas du site de Vénissieux, ancienne usine Bosch Solar, est différent. L'essentiel des 131 salariés ne croit plus à la viabilité de cette activité. Et leur ancien employeur allemand a confirmé son engagement de leur verser une prime supra légale, pouvant être estimée en moyenne à 150 000 euros. Cette clause est valide jusqu'au 17 juin prochain et sera déclenchée après le jugement prononçant la liquidation judiciaire de Sillia VL.

"Nous ne sommes pas des feignants"

Le climat social est de plus en plus tendu entre les deux sites et l'avocate du comité d'entreprise de Lannion a eu des propos, au mieux maladroits, à l'encontre du personnel de Vénissieux, lors de l'audience de ce mercredi matin. Christian Marcuola, représentant du personnel CFDT de Vénissieux a quitté la salle avec éclat. "On nous a massacrés", s'est il emporté.

"A Lannion ils veulent sauver leur boite et c'est légitime. Mais ils ne doivent pas nous cracher dessus", tempête Thierry, un salarié de Vénissieux du service logistique, 56 ans et 30 ans d'ancienneté. "Non, nous ne sommes pas des feignants. Si les clients ne sont pas arrivés ce n'est pas de notre faute. Que Bosch nous donne de l'argent, c'est autre chose".

Le temps est plus que jamais compté. Les candidats intéressés par la reprise d'actifs doivent remettre leur offre d'ici au 7 juin, date limite. Dans cet intervalle toute la clarté doit être faite sur les commandes dévolues à Sillia VL dans le cadre des deux appels d'offres CRE 2 et CRE 3, sachant que depuis le 3 mars la production est à l'arrêt.

"La société disposait de 300 MW garantis à l'ouverture de la procédure judiciaire, le 1 er mars. Et nous étions confiants quand nous nous sommes rendus à la DGCE (Direction générale du climat et de l'énergie)", déclare Robert-Louis Meynet. "Or, personne n'a pu nous renseigner. Nous ne sommes même pas certains d'avoir conservé 200 MW. Ni quels sous-traitants se sont substitués à Sillia VL. Il faut que l'Etat nous aide".

De vrais contacts avec les ministères

"Tous les leviers que nous avons actionnés s'ouvrent. Nous commençons à avoir de vrais contacts avec les ministères. Nous sommes en plein cœur du sujet de la transition énergétique", rassure Mickaël Bossé, délégué CGT à Lannion. Ce dernier précise que le président de la République a été saisi du dossier par Philippe Martinez, patron de la centrale syndicale, mardi 23 mai. Et que Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, est à la manœuvre. Le propos est de pouvoir compter sur un carnet de commandes suffisant pour faire venir ou revenir des repreneurs.

Le fabricant allemand CS-Wismar

L'industriel allemand CS-Wismar s'est retiré de la course en raison des incertitudes planant sur le plan de charge, en particulier. Cet acteur jugé très sérieux sera t-il prêt à se remettre sur les rangs, seul ou dans le cadre d'un partenariat ? D'autres prétendants se manifesteront-ils ? Quoiqu'il en soit, la société Sillia VL sera liquidée dans trois semaines et les salariés licenciés. Si aucun plan de reprise n'a abouti à cette échéance, le personnel de Lannion pourra alors être transféré chez Sillia Energie, aujourd'hui une coquille vide, propriétaire du fonds de commerce dans le cadre d'une location-gérance.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.