"Pour lutter contre le gaspillage et aider le pouvoir d'achat, on s'attache à l'organisation des repas du quotidien" (Popotte Duck)

L'INVITE ECO. Popotte Duck, c'est un petit robot commis de cuisine et une application dotée d'une intelligence artificielle. Ensemble, ces deux technologies ont été conçues pour aider les consommateurs à optimiser leurs listes de courses et leurs recettes. Une façon de lutter contre le gaspillage alimentaire et de gagner en pouvoir d'achat, selon la cofondatrice de la startup, Alexia Desporte Richard.

4 mn

(Crédits : DR Capture écran)

"Une famille de quatre personnes jette en moyenne l'équivalent d'un repas par semaine, soit un SMIC à la poubelle." C'est en partant de ce constat, qu'Alexia Desporte Richard a eu l'idée de créer Popotte Duck, avec Romain Amate.

Popotte Duck, c'est une application gratuite qui aide à optimiser ses courses et ses recettes, accompagnée d'un petit robot commis de cuisine électronique en forme de canard.

Cet ensemble a été conçu "pour répondre à l'anti-gaspillage et donc au pouvoir d'achat. Il fallait qu'on s'attache à l'organisation des repas du quotidien et qu'on accompagne le consommateur avant et après son expérience d'achat. Donc, en amont, nous avons développé une intelligence artificielle qui est capable de planifier des repas sur mesure à partir des contraintes du foyer : nombre de personnes, produits favoris ou qu'on ne consomme pas, le temps qu'on veut y passer", explique Alexia Desporte Richard.

Environ 20.000 utilisateurs

L'application génère ensuite une liste de course et la maison, c'est le canard qui prend le relais en "optimisant l'exécution, il permet d'optimiser le gaspillage". L'application est déjà disponible, mais le robot ne sera commercialisé qu'à la fin de l'année.

"On s'est rendu compte que les gens faisaient toujours les mêmes recettes et que ce n'est pas pratique d'en suivre une sur son téléphone. La tête du canard prend vie grâce à son smartphone, qui sera rechargée par le robot. L'idée c'est que ce soit un produit du foyer, tout est vocal, il y a une balance et l'application peut faire évoluer la recette en cours d'exécution", commente Alexia Desporte Richard.

Une façon d'éviter aussi "de manger toujours la même chose, on garde les ingrédients qu'on aime, mais on les associe différemment."

Le robot coûte quant à lui 99 euros. "Comme on veut optimiser le pouvoir d'achat et le gaspillage, on ne pouvait pas faire payer trop cher notre service. Le consommateur ne paye que le produit."

Dans un contexte ou l'inflation record atteint les 5,2% et où le pouvoir d'chat est au centre des préoccupations, cet outil prend une toute autre valeur. "Les premiers tests qu'on a fait, on diminuait en moyenne le gaspillage entre 10% et 30%", affirme Alexia Desporte Richard.

Partis de rien pour faire cette intelligence artificielle qui est capable de cuisiner et proposer des repas équilibrés et variés, il a fallu deux ans de recherche et développement. L'application compte aujourd'hui un peu moins de 20.000 utilisateurs.

 Popotte Duck a d'ailleurs remporté le prix BFM Lyon de la startup innovante lors de la dernière Foire de Lyon.

Les enseignes comme partenaires financiers

Le business model de Popotte Duck repose sur les partenariats avec les grandes enseignes. En effet, au moment de faire sa liste de course, l'utilisateur peut aussi renseigner l'enseigne chez qui il a l'habitude de se rendre.

L'application va ainsi "prendre les contraintes du distributeur chez qui vous allez. Ce qui va permettre à la fois d'optimiser sa liste de course en quantité et en pouvoir d'achat car on va pouvoir potentiellement remonter des promotions. On remonte aussi l'historique d'achat pour savoir ce qu'il reste dans votre frigo."  Si l'enseigne est partenaire l'utilisateur peut aussi cumuler des points de fidélité grâce à sa liste de course.

Une façon de fonctionner qui suscite un intérêt chez les enseignes :  la fidélisation du client. Le financement de la startup viendra donc "grâce aux partenariats avec les distributeurs, car on met un service à disposition de leurs clients. Dans une volonté de finalisation, donc c'est les partenaires qui nous rémunèrent pour la mise à disposition de ce service", démonte Alexia Desporte Richard.

D'ici la fin de l'année, Popotte Duck lancera d'ailleurs un nouveau partenariat avec le groupe Prosol (Grand Frais, Fresh, Banco Fresco, Monmarché.fr).

Retrouvez l'intégralité de l'interview ici.

Un décideur chaque semaine

Pour rappel, le groupe La Tribune et BFM Lyon s'unissent depuis cette rentrée pour vous proposer, à travers l'émission Lyon Business (tous les mardis à 17h45), l'interview d'un décideur de l'économie lyonnaise au coeur de l'actualité.

Une occasion de décrypter ensemble les enjeux des dossiers et tendances de l'économie locale, animée par Elodie Poyade pour BFM Lyon et Marie Lyan pour le bureau Auvergne Rhône-Alpes du journal La Tribune.

Une émission à retrouver en direct et en replay sur la chaîne BFM Lyon, disponible sur le canal 30 de la TNT et sur les chaines 479 (box SFR), 360 (Orange), 315 (Bouygues) et 915 (Free), ainsi que sur le bureau Auvergne Rhône-Alpes de La Tribune.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.