A l'aube du vote de la loi Egalim 2, les trois enseignements du Sommet de l'Elevage

Après une année blanche, la 30e édition du Sommet de l'élevage de Cournon-d'Auvergne s'est achevée sur une édition post-covid qui aura presque déjà retrouvé ses niveaux d'avant-crise. Souvent comparé au salon de l'Agriculture de Paris, ce grand rendez-vous aura aussi démontré qu'il demeurait politique, mais aussi économique, à quelques heures désormais du vote de la loi Egalim 2 au Sénat et des revendications des agriculteurs en matière de rémunération.

6 mn

Avec 93.000 visiteurs, le Sommet a presque atteint son niveau d'avant-covid, un chiffre jugé exceptionnel pour une reprise après une année blanche. Mais il s'agissait aussi d'un premier grand rendez-vous politique, à l'aube de 2022...
Avec 93.000 visiteurs, le Sommet a presque atteint son niveau d'avant-covid, un chiffre jugé "exceptionnel" pour une reprise après une année blanche. Mais il s'agissait aussi d'un premier grand rendez-vous politique, à l'aube de 2022... (Crédits : DR)

« Le Sommet n'est pas qu'un simple rendez-vous professionnel. Preuve en est : l'ambiance générale dans les allées, et la présence de nombreux visiteurs, venus en familles sont autant de signes, qui démontrent que les gens sont contents de se retrouver. Cette 30e édition restera indéniablement le salon des retrouvailles ! », souligne Jacques Chazalet, président de l'événement, qui marquait enfin son retour, après une édition blanche en 2020.

Et ils n'étaient pas les seuls puisque les politiques sont également venus nombreux grossir les rangs du salon. Avec parmi eux, le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, mais aussi une large poignée d'aspirants candidats à l'Elysée : Xavier Bertrand, Fabien Roussel, Arnaud Montebourg, Fabien Roussel, Nicolas Dupont Aignan, Marine Le Pen, Michel Barnier ou encore Valérie Pécresse...

  • D'abord, un rendez-vous qui a transformé l'essai

C'est cependant d'abord les éleveurs qui se sont retrouvés du 5 au 8 octobre dernier à l'intérieur des travées de la Grande halle d'Auvergne, qui marquait en même temps l'inauguration d'un nouvel hall, permettant d'accueillir davantage de spectateurs.

Financé par la Région à hauteur de 10 millions d'euros, ces 10.500 m2 supplémentaires (sans compter les annexes) ont accueilli le hall bovin lait dans de meilleurs conditions que jusqu'à présent. De quoi donner à ce grand rendez-vous une toute autre "aura" :

« C'est une excellente reprise », se félicitait déjà Fabrice Berthon, son commissaire général, et ce, malgré l'obligation pour les visiteurs de présenter leur pass sanitaire, qui n'a pas entaché sa fréquentation.

« Avec 93.000 visiteurs, le Sommet a quasiment atteint son niveau d'avant-covid, ce qui est exceptionnel pour cette année. D'autant qu'avec un visitorat international encore réduit, on ne peut que se féliciter que le public français ait répondu plus que présent ».

Même son de cloche pour Jacques Chazalet, « le double pari du passage de trois à quatre jours et de l'ouverture de la nouvelle halle est gagné ! Dans un contexte sanitaire délicat, nous avons tenu bon et nous avons eu raison. Aujourd'hui, cette nouvelle halle fait consensus et offre de véritables perspectives pour le développement de l'événementiel, avec des retombées pour la Métropole », estime-t-il.

Le président de l'événement, Jacques Chazalet, se projette déjà dans la suite : « A terme, nous pourrons ainsi accueillir des exposants qui travaillent sur le circuit court en lait ou en viande. Nous avons besoin, dans l'élevage, de réfléchir à des abattoirs de proximité, et cet espace supplémentaire pourrait accueillir des acteurs dans ce sens ».

Signe des temps et des mentalités qui évoluent, Cizeron bio était le fournisseur officiel du Sommet de l'élevage 2021 pour l'alimentation des animaux.

  • Mais aussi un sommet éminemment politique

Cette 30e édition aura également été marquée par une longue visite de Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, qui aura passé toute la journée du mardi sur le salon.

Il n'était pas le seul puisque plusieurs candidats aux prochaines élections présidentielles se sont eux aussi pressés à la rencontre des éleveurs-électeurs. Preuve que le Sommet est aussi un rendez-vous politique de premier ordre, on a retrouvé parmi eux Xavier Bertrand, Fabien Roussel, Arnaud Montebourg, Nicolas Dupont Aignan, Marine Le Pen, Michel Barnier ou encore Valérie Pécresse, qui ont sacrifié au désormais passage obligé, prenant toutefois la précaution de ne pas croiser le chemin de leurs challengers directs, notamment du côté de la droite.

Les organisations professionnelles agricoles en ont d'ailleurs profité pour enchaîner les rendez-vous avec les décideurs politiques. Car bien plus qu'une simple déambulation dans les allées, il s'agissait d'une véritable journée de travail des deux côtés de l'échiquier...

Le ministre de l'Agriculture aura notamment participé, durant sa visite de près de 10 heures, à des discussions avec des éleveurs ainsi qu'une séquence de questions/réponses sur la proposition de loi dite « EGalim 2 ». Son objectif : permettre de réguler les relations commerciales entre la grande distribution, l'industriel et le producteur.

Car Julien Denormandie a déjà reconnu que la loi Egalim 1, votée il y a deux ans maintenant, n'aura pas eu les effets escomptés, notamment "parce qu'on sait aujourd'hui qu'un producteur n'est pas assez payé, parce que le prix est beaucoup trop capté par l'industriel et la grande distribution."

Il est donc venu réaffirmer à Cournon-d'Auvergne que toute l'attention serait désormais portée vers une meilleure protection de la rémunération des agriculteurs, une question particulièrement d'actualité actuellement avec la flambée du coût des matières premières, ayant entraîné à son tour une forte hausse des coûts de production, creusant encore un peu plus l'écart.

  • Et le porte-voix des revendications des éleveurs

Les discussions avec les éleveurs se sont d'ailleurs déroulées en présence du député LREM de la première circonscription de l'Aube, Grégory Besson-Moreau. C'est notamment lui qui a été nommé rapporteur de la proposition de loi Egalim 2, qui vient d'être adoptée en commission mixte paritaire.

Soumise au vote de l'Assemblée nationale le 6 octobre, elle devrait désormais arriver sur les tablettes du Sénat, dès ce jeudi 14 octobre.

Julien Denormandie est par la suite intervenu lors d'une conférence intitulée « L'élevage au cœur du projet européen », qui avait lieu en présence de représentants des éleveurs nationaux et européens. Là encore, la question s'avérait à la fois économique et politique puisqu'elle s'inscrivait également dans le cadre de la prochaine Présidence française de l'Union européenne, qui se tiendra à compter du premier semestre 2022.

Sans compter que dans son plan France 2030, Emmanuel Macron a déjà placé l'agriculture au rang des priorités, avec 2,8 milliards d'euros annoncés en vue d'accompagner la "troisième révolution" agricole, "de la connaissance et du vivant."

De son côté, le président de région LR Laurent Wauquiez, qui a choisi de se retirer de la course à la présidentielle, a tout de même tenu à rencontrer lui aussi les organisations professionnelles. Dans son intervention, il était notamment question de dignité animale et des exactions dont ont été victimes les acteurs de la filière viande. Mais il a surtout échangé avec les éleveurs au sujet du renouvellement des générations, du soutien aux investissements en vue de moderniser les exploitations.

Le président de Région a annoncé, en outre, l'adaptation au changement climatique, plus particulièrement sur la protection contre le gel et la grêle. Avec le souhait d'engager notamment une réflexion en vue de mieux protéger les productions agricoles en amont des catastrophes naturelles, plutôt que d'indemniser après les pertes de récoltes.

Une occasion de rappeler qu'Auvergne Rhône-Alpes détient le premier budget agricole de France avec 110 millions d'euros. La boucle est donc bouclée : du régional au national, et inversement, l'agriculture a confirmé son empreinte, encore forte, sur la politique économique française.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.