Eovolt double ses capacités pour renforcer sa production de vélos électriques made in France

La start-up lyonnaise investit et lève des fonds pour faire monter en puissance ses capacités de production de vélos électriques compacts et pliables. Son objectif : vendre 50.000 vélos par an à l’horizon 2025, contre près de 9.500 l’année dernière. Avec son credo du "made in France", autant que faire se peut, la startup séduit une certaine clientèle mais compte aussi être moins dépendante des pénuries de composants.
L'usine lyonnaise d'Eovolt va désormais pouvoir assembler 2.200 vélos par mois.
L'usine lyonnaise d'Eovolt va désormais pouvoir assembler 2.200 vélos par mois. (Crédits : DR)

Depuis la mise sur le marché, il y a quatre ans, de son premier vélo électrique, Eovolt triple ses ventes chaque année. En 2018, la startup lyonnaise avait vendu 318 vélos. Un chiffre qui grimpe au fil des années : 1.000 vendus en 2019, 3.800 en 2020, 9.500 en 2021. Cette année, elle vise les 18.000 ventes.

Son créneau : un vélo robuste mais compact (grâce à un système de pliage spécifique, marque de fabrique d'Eovolt), entièrement assemblé en France dans ses ateliers. « Avec Luca Chevalier, mon associé, nous avons cherché à développer un vélo dont les caractéristiques sont vraiment adaptées aux contraintes des citadins. C'est-à-dire des vélos qu'on peut plier pour entrer dans l'ascenseur, pour monter dans les transports en commun, pour ranger facilement chez soi dans son appartement ou dans son bureau etc », explique Baptiste Fullen, co-fondateur d'Eovolt.

Doubler les capacités de production

Créé initialement à Bourges, Eovolt avait choisi d'emménager à Lyon en 2020 dans des locaux de 450m². La start-up, - dont la notoriété semble déjà bien arrimée sur le marché français puisqu'elle se revendique comme le « leader du vélo électrique compacte en France» -, veut désormais changer de braquet en termes d'industrialisation afin de doubler ses capacités de production.

Elle investit ainsi 500.000 euros dans une seconde ligne de production qui devrait être opérationnelle dans les tous prochains jours avec une cible de cadence de 2.200 vélos assemblés chaque mois, contre 1.200 jusqu'à présent. Pour accompagner cette montée en puissance, une quinzaine de salariés devraient être recrutés d'ici à la fin de l'année, portant ainsi l'effectif total à 40 salariés.

« La demande est là, nos distributeurs (des magasins spécialisés NDLR) sont submergés par la demande. Les Français sont passés au vélo électrique, nous devons être présents, en capacité de répondre avec un produit complètement assemblé en France, contrairement à la plupart de nos concurrents », observe Baptiste Fullen.

Selon l'Observatoire du Cycle 2021, près de 2,8 millions de vélos neufs ont été vendus en 2021 en France dont 660.000 VAE, contre 515.000 l'année précédente.

Fervents défenseurs du made in France, les deux jeunes associés, pas encore trentenaires, privilégient les approvisionnements français et travaillent à se construire un panel de fournisseurs le plus tricolore possible. « Ce positionnement nous permet aussi de limiter les problématiques de pénuries de composants. Nous avons été impactés mais nous avons pu continuer de produire ». D'ici peu, les roues des vélos Eovolt dont les jantes viennent du spécialiste ligérien Mach1, seront rayonnées en interne alors que cette étape de fabrication était jusqu'ici assurée par un sous-traitant asiatique.

Accélérer à l'international grâce à une levée de fonds

D'ici 2025, Eovolt, lauréat du Réseau Entreprendre, table sur une production de 50.000 vélos par an : ses vélos compacts historiques mais aussi une nouvelle gamme en cours de lancement, des vélos de ville plus traditionnels mais dont le guidon est tout de même pliable. Pour accélérer encore sa puissance et renforcer sa présence à l'international, la marque lyonnaise mène actuellement une levée de fonds, dont le montant espéré n'est pas communiqué. Eovolt réalise déjà 30% de son chiffre d'affaires (montant non communiqué) à l'international avec 600 revendeurs. Elle est notamment très présente au Royaume-Uni, en Espagne, et au Benelux. Eovolt souhaite maintenant s'implanter en Allemagne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.