Auvergne : Les Esat veulent devenir des acteurs économiques majeurs

Signe du fort développement des Établissements et services d'aide par le travail (Esat), le réseau auvergnat se structure à son tour. Avec 41 établissements fédérés et environ 25 millions d'euros de chiffre d'affaires cumulés, le réseau déjà engagé pleinement dans l'économie sociale et solidaire veut devenir un acteur socio-économique incontournable au sein d'Auvergne-Rhône-Alpes.

4 mn

Atelier Esat Doucinet, Romagnat (63)
Atelier Esat Doucinet, Romagnat (63) (Crédits : DR)

Né de la volonté de l'Arespta (Association des Responsables et de Services de Travail Protégé en Auvergne), le réseau Esat en Auvergne se structure, et entend ainsi affirmer son rôle d'acteur socio-économique incontournable au sein de la région. "Cette démarche fondatrice va renforcer l'attractivité de nos structures en valorisant nos savoir-faire auprès des entreprises, des collectivités et des particuliers. Nous voulons également développer les compétences professionnelles des travailleurs en situation de handicap et changer l'image du travail protégé avec les partenaires socio-économiques", explique Sylvie Babut-Desnoyer.

Réparti dans une trentaine de villes en Auvergne, ce réseau rassemble 41 établissements et services d'aide par le travail et fait travailler 2 500 personnes en situation de handicap. Le chiffre d'affaires cumulé des Estat représente environ 25 millions d'euros. Plus de 3 000 entreprises et collectivités locales et quelque 2 500 particuliers collaborent chaque année avec les Esat Auvergnats. Anciennement appelés CAT, la qualité de prestation, la force de proposition et la rapidité d'exécution de ces établissements font leur force.

Un choix éthique, un intérêt fiscal

"Nous n'avons pas besoin de chercher de clients, je refuse même parfois des contrats", reconnaît David Maloine, directeur de l'Esat Pierre Doussinet à Romagnat (63). "Nous mettons un point d'honneur à satisfaire nos clients. Nous sommes compétitifs sur des travaux de niche." L'établissement qu'il dirige est le seul Esat de l'association La Croix-Marine Auvergne Rhône-Alpes. Il emploie 101 équivalent temps plein encadrés par 20 salariés. "Nous avons un agrément pour accueillir un nombre de personnes défini. Donc nous ne recrutons pas en fonction des marchés décrochés", explique-t-il.

Outre l'intention éthique et l'inclusion sociale, les clients de l'Esat ont un intérêt fiscal à faire travailler ce type d'établissement. La sous-traitance ne se substitue pas à l'embauche de personnes handicapées. Mais elle permet de la satisfaire jusqu'à 50 %. Autrement dit de réduire de moitié la contribution à l'Agefiph pour les entreprises qui n'emploient aucune personne handicapée.

Responsable de l'Esat du Centre Communal d'Actions Sociale (CCAS) de la ville de Clermont-Ferrand, Sylvie Bbabut-Desnoyer a été récemment nommée présidente du Réseau Esat en Auvergne. Elle s'implique fortement pour faire reconnaître le rôle essentiel des établissements et services d'aide par le travail auprès des acteurs socio-économiques et institutionnels. "Il s'agit de défendre une éthique forte et d'accompagner la vie des personnes en situation de handicap en valorisant leur travail au quotidien dans nos structures. À travers cette démarche opérationnelle, le réseau Esat en Auvergne s'engage pleinement dans l'économie sociale solidaire." Le réseau va permettre de communiquer mieux auprès des donneurs d'ordre que sont les entreprises ou les collectivités.

Des métiers très variés

Il répond déjà en grande partie aux besoins des entreprises, des collectivités et de particuliers. Les établissements sont organisés autour de principaux pôles : prestations de service, sous-traitance industrielle, production et mise à disposition individuelle ou collective. De l'entretien et nettoyage des locaux, en passant par la blanchisserie, les espaces verts, prestations administratives, restauration, recyclage, logistique, couture, montage câblage, etc., les 41 établissements répondent ponctuellement ou habituellement aux demandes de leurs clients.

Ainsi, l'Esat de Deneuille les Chantelles, dans l'Allier, travaille pour Atelier Louis Vuitton à Saint-Pourcain-sur-Sioule. Il accueille 60 travailleurs handicapés dont certains travaillent ponctuellement sur des pièces de maroquinerie, des couverts, des étiquettes pour l'agroalimentaire, des plants de fleurs et des plants de légumes, des pièces pour l'automobile ou pour un laboratoire de phytothérapie et d'herboristerie.

10 % de personnes en handicap à la Région

Laurent Wauquiez souhaite que le handicap soit une préoccupation régionale majeure. En 2017, la Région doublera le budget du handicap en ajoutant un million d'euros sur de l'investissement. Ce budget sera entre autres ventilé sur des aides directes aux Esat pour leur réhabilitation et l'agrandissement mais aussi d'aide à la mobilité par l'aménagement de véhicules adaptés. Le président de Région a annoncé souhaiter atteindre 10 % de personnes en situation de handicap au sein des effectifs de la Région pour être enfin représentatif de la part du handicap dans la population et "d'appliquer au sein de  la  Région  ce que  l'on promeut auprès de nos entreprises partenaires et prestataires", affirme-t-il.


Les Esat en chiffres

- 41 Esat en Auvergne pour un chiffre d'affaires estimé à 25 millions d'euros
- 2 500 travailleurs en situation de handicap employés dans les Esat
- 3 000 entreprises privées et collectivités locales travaillent chaque année avec un ESAT en Auvergne
- 250 personnels encadrants d'ateliers.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.