Grand Hôtel-Dieu : les prix du tertiaire pourraient atteindre des sommets

Alors que la fin du chantier de la plus grande rénovation privée d'un monument historique jamais réalisée en France devrait s'achever fin 2017, commerces et bureaux cherchent preneurs.

4 mn

Plus de 14 000 mètres carrés de bureaux et 17 000 mètres carrés de surfaces commerciales cherchent preneurs.
Plus de 14 000 mètres carrés de bureaux et 17 000 mètres carrés de surfaces commerciales cherchent preneurs. (Crédits : Laurent Cérino/ADE)

Moins d'un an après le lancement des travaux de réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu menés par Eiffage, le Crédit Agricole, propriétaire du lieu lance la commercialisation des espaces tertiaires et commerciaux.

Plus de 14 000 mètres carrés de bureaux et 17 000 mètres carrés de surfaces commerciales cherchent donc preneurs. Le point de départ de cette commercialisation sera donné la semaine prochaine au MIPIM (marché international des professionnels de l'immobilier) où le projet du Grand Hôtel Dieu sera présenté aux professionnels de l'immobilier.

Rendez-vous est également donné durant les autres temps forts de l'immobilier d'entreprise de cette année, spécialement le MAPIC (marché international professionnel de l'implantation commerciale et de la distribution), mais aussi le SIMI (salon de l'immobilier d'entreprise) qui ont lieu en fin d'année. A moins que d'ici là, ces espaces aient déjà trouvé leurs locataires...

Le top de l'immobilier tertiaire

Compte tenu de la localisation et de la qualité des surfaces à louer spécialement en bureaux, même si la consigne semble être la prudence, dans le monde de l'immobilier tertiaire lyonnais, personne ne doute que la commercialisation se passe au mieux.

Et pourtant, les 14 000 m² de bureaux, répartis sur 10 bâtiments, dont un hôtel particulier de 3500 m², devraient afficher les tarifs les plus chers de Lyon.

Grand hôtel dieu

Anne Grenot, présidente de Scaprim Asset Management, en charge de la commercialisation du Grand Hôtel Dieu refuse d'avancer des chiffres, mais on devrait franchir les 300 euros du mètre carré, au moins sur les bureaux les mieux situés.

Il faut dire que l'adresse et le cadre ne trouvent pas leur pareil actuellement à Lyon. Et que l'histoire rappelle celle du Grand Bazar, rue de la République, qui, il y a tout juste dix ans, s'était loué très vite sur une base moyenne de 240 euros le mètre, déjà un record !

Des enseignes diversifiées

Quant aux commerces, là encore du côté des tarifs, aucune information n'est communiquée, mais là aussi on devrait flirter avec les records. Bien que depuis l'expérience malheureuse du quartier Grolée tout proche et presque encore totalement vide, plus personne ne se risque de donner un prix à un mètre carré de surface commerciale en Presqu'île.

Si les prix sont tabous, les cibles, en revanche, sont très claires :

"Notre objectif est d'attirer des enseignes nationales, même internationales, notamment des enseignes qui n'existent pas aujourd'hui à Lyon, mais aussi des boutiques locales. Pourquoi pas des concept store qui seraient une offre nouvelle à Lyon", explique Anne Grenot.

Et de préciser que l'objectif n'est pas de séduire les enseignes de luxe, mais "compte tenu de la majesté du lieu, une offre premium". Le compte à rebours est lancé puisque les premières boutiques devraient ouvrir dès la fin de l'année prochaine.

Grand hôtel dieu

La Cité de la Gastronomie en quête de financeurs

D'ici là, il faudra aussi faire avancer un autre projet, celui de la Cité de la Gastronomie. Implanté au cœur du Grand Hôtel-Dieu, cet espace qui mettra en valeur le patrimoine lyonnais en matière de gastronomie échappe au contrôle financier du Crédit Agricole, propriétaire du Grand Hôtel Dieu.

Portée par un groupement d'intérêt public, la Cité de la Gastronomie doit donc trouver des investisseurs. La métropole de Lyon et le conseil régional ont déjà répondu présents, mais il reste environ 11 millions sur les 19 millions d'investissements à réunir.

"Nous allons solliciter de grandes entreprises travaillant dans le secteur de l'agroalimentaire, mais aussi de la nutrition et de la santé", indique Gérard Collomb qui prend son bâton de pèlerin.

A la fin du mois, le maire de Lyon profitera de son déplacement en Chine pour organiser une conférence de presse sur la Cité de la Gastronomie et le 29 mars, c'est à Paris dans le restaurant d'Alain Ducasse baptisé "Aux Lyonnais" qu'il présentera ce projet.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.