Dans deux villes thermales, Atawey déploie ses bornes de recharge hydrogène... pour les vélos

Il n'y a pas que les voitures qui auront droit à leurs stations de recharge... Le savoyard Atawey vient d'installer deux stations hydrogène au sein des villes thermales de Brides-les-Bains (Savoie) et de Vichy (Allier). Mais elles seront cette fois destinées aux vélos à assistance électrique, munis d'une pile à combustible. Une expérimentation qui croise le plan de match du fabricant savoyard Atawey, qui prévoit toujours un déploiement à grande échelle de ses stations sur le territoire national d’ici 2025.

4 mn

En parallèle à la livraison de ces deux nouvelles bornes de recharges destinées aux vélos, Atawey travaille actuellement sur le déploiement d'une nouvelle station à Moûtiers (Savoie) et équipera également la région Île-de-France avec 16 nouvelles stations, dans le cadre du projet Last Mile.
En parallèle à la livraison de ces deux nouvelles bornes de recharges destinées aux vélos, Atawey travaille actuellement sur le déploiement d'une nouvelle station à Moûtiers (Savoie) et équipera également la région Île-de-France avec 16 nouvelles stations, dans le cadre du projet Last Mile. (Crédits : DR/OT brides les Bains)

Après Montpellier et Toulouse, Vichy (Allier) et Brides-les-Bains (Savoie) disposent désormais elles aussi leurs stations de recharge d'hydrogène, destinées cette fois non pas aux voitures, mais aux nouvelles mobilités. Et notamment aux vélos.

Car les deux cités thermales de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont en commun d'accueillir des populations de curistes, pour lesquels le déplacement en vélo à pile à hydrogène rejoint des objectifs de bien-être et de prévention en matière de santé.

Un mariage du thermalisme et de l'hydrogène

« Le thermalisme de Brides-les-Bains est centré sur le surpoids, souligne Myriam Foucher, responsable du marketing et de la communication chez Atawey. Le vélo à hydrogène permet de renouer avec le sport de manière plus douce et plus souple. »

Les régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes ont ainsi respectivement apporté le financement permettant d'implanter des stations de recharge à hydrogène, mises en service sur leur territoire. Le montant de l'enveloppe n'a cependant pas été communiqué à ce stade.

Et si Atawey fournit les stations, c'est le spécialiste des piles à hydrogène, Pragma Industries, basé à Biarritz, qui met à disposition les vélos à assistance électrique, pouvant utiliser ainsi l'hydrogène fourni par les recharges pour alimenter leur pile à combustible, qui produira elle-même l'électricité nécessaire.

« Pour les Régions, c'est un premier pas vers la mobilité hydrogène, explique Mylène Foucher. Il s'agit une façon d'accompagner les changements de mentalité vers cette transformation des modes de déplacement. »

Pour quel modèle d'exploitation ?

Si cette installation fait pour l'heure office de pilote, l'exploitation de ces stations de recharge sera prise en charge par les mairies, commanditaires sur ce projet.

Les collectivités ont d'ores et déjà fixé le tarif de ce nouveau service qu'elles proposeront dès cet été :

À Brides-les-Bains, la location d'un vélo à hydrogène sera par exemple facturée 20 euros par demi-journée, pour une autonomie pouvant aller jusqu'à 145 kilomètres en une seule charge. Un tarif qui reste toutefois supérieur au coût habituellement constaté pour la location d'un vélo à assistance électrique classique.

Pour autant, les vélos à hydrogène pourraient s'avérer compétitifs à leur manière, puisqu'ils permettent de supporter une rupture de charge bien inférieure entre deux usagers, avec leur temps de recharge plus court, estimé à deux minutes, contre près d'une heure pour un vélo électrique classique. C'est donc là tout l'intérêt d'une expérimentation à hydrogène pour les collectivités partenaires.

Atawey

Ces vélos, au nombre de dix pour l'heure dans la station de Brides-les-Bains, seront mis à disposition de mars à fin octobre prochains.

Du côté d'Atawey, ces implantations constituent également de premières étapes vers un déploiement à grande échelle de stations de recharge d'hydrogène pour l'ensemble des véhicules, y compris les automobiles et les véhicules lourds.

« Le marché actuel est d'abord celui des petites mobilités, car il n'y a pas encore de réelle offre disponible du côté des véhicules à hydrogène, pour une mobilité plus lourde », justifie Mylène Foucher.

Une roadmap et des ambitions nationales

Le constructeur savoyard en profitera pour nourrir notamment ses travaux et son expérience sur l'architecture de ces stations de recharge hydrogène, afin d'assurer leur fiabilité et leur "évolutivité" dans le temps.

La question est d'autant plus cruciale que sur ce marché encore en plein développement, le déploiement massif de ces stations hydrogène dépendra avant tout des financements publics que l'État et les collectivités seront prêts à injecter afin d'orienter certains usages vers l'hydrogène, de même que la disponibilité de véhicules fonctionnant à cette nouvelle énergie.

Pour Mylène Foucher, l'adoption de l'hydrogène au sein du nouveau mix énergétique dépendra avant tout par l'expérience-utilisateur, selon elle. « Nous sommes convaincus que si les utilisateurs vivent une bonne expérience, la technologie se répandra », dit-elle.

Atawey a déjà établi son propre roadmap et prévoit de déployer 150 stations de recharge à hydrogène pour les automobiles et les véhicules lourds en France d'ici 2025, ce qui lui confèrerait 40% du marché, selon ses prévisions.

L'entreprise du Bourget-du-Lac prévoit de faire grandir ses effectifs en conséquence, passant de 30 à 150 salariés d'ici quatre ans.

Après avoir implanté de premières stations à Chambéry, Clermont-Ferrand, Évreux et en Nouvelle-Calédonie, Atawey travaille actuellement sur le déploiement d'une nouvelle station à Moûtiers (Savoie). Elle équipera également la région Île-de-France avec 16 stations dans le cadre du projet Last Mile de la collectivité régionale.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/08/2021 à 8:50
Signaler
Quelqu'un leur a dit qu'il existe un vecteur qui s'appelle l'électricité et des batteries lithium, et que pour leur application de velo electrique c'est super ? Ces gens reinventent le fil à couper le beurre avec une technologie qui n'a aucune valeu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.