Microprocesseurs : Kalray lève 23,6 millions d'euros

La société iséroise a finalisé une levée de fonds de 23,6 millions d'euros. Safran et un fonds d'investissement asiatique entrent au capital de Kalray. Une opération qui permet à la jeune pousse d'afficher ses ambitions sur un marché potentiel de 3,25 milliards de dollars.

2 mn

(Crédits : Kalray)

Levée de fonds réussie pour Kalray. Le développeur de microprocesseurs à forte capacité de calcul et faible consommation, annonce une nouvelle collecte de 23,6 millions d'euros. Depuis sa création en 2008, elle avait auparavant levé plus de 60 millions d'euros, notamment auprès de Bpifrance. Lors de ce nouveau tour de table, Safran et le fonds asiatique Pengpai, entrent au capital de l'entreprise iséroise aux côtés des actionnaires historiques, ACE Management, CEA Investissement, Eurakap ! et Inocap Gestion. "Quand des actionnaires comme Safran participent à notre levée de fonds, cela nous donne une réelle crédibilité sur le marché", réagit auprès d'Acteurs de l'économie - La Tribune,  Eric Baissus, président du directoire de la société.

Intelligence artificielle

Klaray a développé une architecture unique de microprocesseurs, le MPPA. Cette technologie, protégée par 20 brevets internationaux, permet de "démultiplier la capacité de calcul en temps réel par rapport à une architecture classique tout en maintenant une consommation d'énergie très basse", indique la société. Ainsi, parmi les débouchés que vise l'entreprise, figurent les secteurs des data centers et de l'intelligence artificielle, avec les voitures autonomes par exemple. "A l'horizon 2020, ces marchés représentent un potentiel commercial estimé à 3,25 milliards de dollars", selon une analyse réalisée par Kalray à partir de données fournies par Gartner et IDC.

Avec cette levée de fonds, la société fondée en 2008 compte répondre à deux objectifs, à commencer par la poursuite du déploiement commercial de l'offre actuelle, surtout à l'international. Si l'entreprise est basée à Grenoble, où se situent les équipes de recherche et développement, elle est également déjà présente à Los Altos (Californie, USA), où elle a installé une filière. Elle dispose également d'une antenne au Japon depuis trois ans. Avec l'entrée du fonds Pengpai, "nous souhaitons nous déployer davantage en Corée, en Chine et au Japon. Le continent asiatique est important pour nous", explique le président du directoire.

Autre objectif : développer la prochaine génération de microprocesseurs, Coolidge, dont la sortie est prévue en 2018. "Ils seront plus performants, et plus adaptés aux deux marchés asiatiques et américains."

10 millions d'euros de CA d'ici 2018

La société est basée sur un modèle fabless - autrement dit sans usine. La fabrication est entièrement sous-traitée, notamment au Taïwanais TSMC. Cela permet au concepteur de microprocesseur de pouvoir rapidement monter en puissance de production lors des prochaines années et de répondre "rapidement à la demande." Alors Kalray affiche ses ambitions : "Nous souhaitons transformer une performance technologique en un succès commercial".  Aujourd'hui en phase de prévolume, avec un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros en 2016, Kalray compte dépasser les 10 millions d'euros d'ici 2018.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.