Grenoble : Cité lib' se prépare à lancer ses i-Roads

 |  | 493 mots
Lecture 3 min.
70 véhicules électriques construits par Toyota seront disponibles le 1er octobre. Crédits : Elsa Martin
70 véhicules électriques construits par Toyota seront disponibles le 1er octobre. Crédits : Elsa Martin (Crédits : Elsa Martin)
Le réseau d'auto-partage Cité lib' se branche avec le constructeur japonais Toyota. Le 1er octobre prochain, ce sont 70 véhicules électriques (35 i-Roads et 35 COMS) qui viendront alimenter le réseau grenoblois.

"Une première en Europe, et même à l'échelle du monde". C'est en ces mots que les différents partenaires décrivent l'arrivée des voitures électriques à Grenoble au sein du réseau d'auto-partage Cité lib'.

Grâce à un partenariat inédit, signé pour une durée de 3 ans entre le constructeur japonais Toyota, la filiale Sodetrel d'EDF, la ville de Grenoble et la communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole, ce nouveau réseau électrique surnommé "Ha :mo" (pour Harmonius développement") permettra aux Grenoblois de tester 70 nouveaux véhicules électriques. Fabriqués par le constructeur japonais Toyota, ces 35 i-Roads (2 places) et 35 COMS (comprenant un coffre) seront stationnées sur 27 stations couvrant l'ensemble du réseau de l'agglomération (Grenoble, Gières, Fontaine, la Tronche, Seyssinet) à compter du 1er octobre prochain.

120 bornes de recharge sur l'agglo

"Ces stations ont été installées auprès des points les plus fréquentés de l'agglomération, afin de se positionner en complément de l'offre des transports en commun. Elles seront intelligentes et connectées entre elles pour que les utilisateurs puissent géolocaliser les véhicules disponibles en temps réel", souligne Jean-Pierre Frémont, délégué à l'action régionale chez EDF. Le réseau comprendra 120 bornes de recharge, ainsi qu'une quarantaine de bornes destinées aux propriétaires de véhicules électriques.

"Le tarif fonctionnera comme « 3,2,1 partez » ! Soit 3€ pour le premier quart d'heure, 2 euros pour le second et 1 euro ensuite", annonce le président de Cité lib, Maxime Tassin. Un tarif préférentiel de 2 euros les 15 premières minutes et 1 euro ensuite sera disponible pour les abonnés des transports en commun. L'objectif ? Se placer en complément des autres modes de transports, pour assurer les déplacements du premier/dernier kilomètre.

Quel déploiement pour demain ?

Développées par le constructeur japonais Toyota, les i-Roads et COMS ont d'abord été testées à petite échelle au Japon en 2012 avant d'être mises en service à Grenoble. Le président du conseil d'administration de Toyota, Takeshi Uchiyamada a fait le déplacement pour une première présentation vendredi.

"Le transport urbain nous apportera une nouvelle source de croissance" pronostique t-il.

"Notre première expérience à Grenoble sera une première étape incontournable car nous devons savoir si ces voitures, qui offrent une solution de complément pour le premier et le dernier kilomètre, sont attendues par les citoyens"

Toyota entend d'ailleurs bien profiter de l'accueil des prochains Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo pour positionner ses petites voitures électriques. Pour le réseau Cité lib', qui s'est déployé de manière encore inégale sur 20 villes en Rhône-Alpes depuis sa création en 2005, l'arrivée des i-Roads et des COMS constitue également une occasion de renforcer sa présence et son maillage à l'échelle régionale. "Il a fallu du temps pour convaincre les grenoblois à l'auto-partage. Je pense que 3 ans n'est pas de trop", résume Maxime Tassin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 23:17 :
Il y a bien plus efficient et bien plus économique encore ! : l'Evovelo espagnol 2 places électro-solaire et à pédalier (voire le monoplace électro-solaire Elf de l'américain Organic Transit qui se vend comme des petits pains et a prévu des modèles plusieurs places). La vitesse est de 50 km/h selon la loi, l'autonomie de plus de 100 km, la consommation quasiment zéro, on peut faire si on le veut du sport, c'est moitié moins cher à l'achat et plus encore à l'usage (pas d'assurance, pas de permis, conso quasi zéro, entretien très faible et très peu coûteux)
a écrit le 17/09/2014 à 23:15 :
Il y a bien plus efficient et bien plus économique encore ! : l'Evovelo espagnol 2 places électro-solaire et à pédalier (voire le monoplace électro-solaire Elf de l'américain Organic Transit qui se vend comme des petits pains et a prévu des modèles plusieurs places). La vitesse est de 50 km/h selon la loi, l'autonomie de plus de 100 km, la consommation quasiment zéro, on peut faire si on le veut du sport, c'est moitié moins cher à l'achat et plus encore à l'usage (pas d'assurance, pas de permis, conso quasi zéro, entretien très faible et très peu coûteux)
a écrit le 17/09/2014 à 23:12 :
AVOIR CHOISI DES VOITURES J APONAISE ET HONTEUX ?LA FRANCE PEUT FAIRE MIEUX???
a écrit le 17/09/2014 à 22:39 :
Très bonne idée car ces véhicules sont très efficients, utilisant peu d'énergie pour le transport le plus fréquent de 2 passagers. C'est un bon complément aux transports en commun pour les sorties, les professionnels etc.
a écrit le 17/09/2014 à 14:12 :
Quand on me prend 1000 euros d'impots dans l'année, et que je n'ai pas de voiture, j'attendrai plutôt de la ville qu'elle mette en place un jour de debarassage d'encombrant.

Ce n'est pas avec ces faux scooter que je vais aller aux déchetteries. Du racket et du vol, comme d'hab.
a écrit le 17/09/2014 à 9:15 :
et ça va couter combien tout ça aux administrés auxquels ce gadget n'apporte aucun moyen de transport fiable pour se déplacer dans l'agglomération ?
Réponse de le 17/09/2014 à 22:41 :
C'est à capitaux privés majoritairement donc si çà coûte éventuellement au départ çà rapporte plus par les taxes et 1 véhicule de ce type remplace en pratique 8 véhicules courants donc moins de bruit, de pollution et transport plus fluide. C'est un progrès.
a écrit le 17/09/2014 à 8:18 :
C est débile d équiper encore en japonnais alors que le cea Grenoble a développé avec Renault des véhicules 4 roues !!!, des TWIZY !!!! Mais avec ce comportement débile des élus on va relancer l économie..japonnaise !!! Super !! Et qui va payer encore ça ?? Nos impôts bien sûr !! Débile encore !!!!
Réponse de le 17/09/2014 à 23:00 :
Le i road est "prêté" par Toyota à la ville pendant 3 ans par Toyota qui prend en charge le projet et si le test est concluant le projet sera développé. Le Twizzy n'est pas hors course mais Renault coopère avec Bolloré sur la Blue car et n'a sans doute pas voulu concurrencer ce dernier dans l'autopartage ou n'a pas voulu s'y lancer. De plus le i-road fait 58 de large et le Twizzy 139 donc le premier dans la fluidité des transport et places compte en pouvant insérer 2 véhicules très facilement (c'est 10 cm seulement de plus qu'un scooter). En outre il est plus léger donc peut s'avérer un peu plus économique mais à voir. Mais c'est vrai que le Twizzy était une très bonne solution aussi. Rien non plus ne dit que le i-road ne sera pas à un moment donné fabriqué en France comme la Toyota Yaris...
a écrit le 16/09/2014 à 21:25 :
Même les Anglais ont laissé tomber leurs véhicules à trois roues (qui se sont développés essentiellement pour des raisons fiscales et réglementaires) parce qu'ils tiennent beaucoup moins bien la route que les véhicules à quatre roues. Alors si on veut faire à notre tour l'expérience du tonneau...
Réponse de le 17/09/2014 à 22:37 :
Le i-road se penche dans les virages et a une très bonne tenue de route dans les divers tests.
a écrit le 16/09/2014 à 20:52 :
Pourquoi des vèhicules japonais?
N'y a t il pas de constructeur Français ? Bolloré ?
Réponse de le 17/09/2014 à 15:59 :
ouais y en a un qui s'appelle Sarkomobile mais ses batteries sont à plat à ce moment
a écrit le 16/09/2014 à 18:59 :
Vous avez bien dit : ce sont des véhicules, pas de voitures ! *lol*

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :