Go Savoie Mont Blanc : quand le MaaS se met au service du dernier kilomètre en stations (et de sa décarbonation)

L'Agence Savoie Mont Blanc vient de lancer, en partenariat avec la société de services numériques savoyarde Antidots, un outil MaaS qui se pose comme une première européenne, si ce n'est mondiale : car en agrégeant l'ensemble des modes de transports disponibles pour se rendre dans l'une des 112 stations de ski des Deux Savoie, ce nouveau moteur de recherche est aussi capable d'informer les vacanciers sur l'empreinte carbone de chacune des options proposées. Une manière de réaliser un choix plus éclairé, afin de décarboner le dernier kilomètre. Voire de susciter une transformation de l'offre ?
(Crédits : DR/Antidots)

Faut-il mieux réaliser un Londres - Les Arcs en avion, avec un opérateur low-cost en passant par Lyon, ou en train avec Eurostar en arrivant à Bourg-Saint-Maurice ? La réponse (et les différentes options) se trouveront désormais sur un nouvel outil : Go Savoie Mont Blanc.

Cette plateforme de MaaS (mobility as a service), développée par la société de services numériques savoyarde Antidots, en partenariat avec l'outil de développement touristique des deux départements (l'Agence Savoie Mont-Blanc), fonctionne comme un grand moteur de recherche intermodal, capable d'agréger l'ensemble des solutions et opérateurs de transports (bus, trains, avions, location de voitures) desservant les 112 stations des deux Savoie.

L'initiative se pose d'ores et déjà comme "une première mondiale", ou tout du moins "certifiée à l'échelle de l'Europe" de par la taille du territoire couvert, mais aussi, avec son parti pris de simplifier au maximum l'expérience client en offrant un seul panier, et donc un seul paiement, quelle que soit la combinaison des modes de transport proposée. Les consommateurs recevront ensuite directement leurs billets par email.

Avec également, l'arrivée d'un nouveau critère de taille : celui de l'empreinte écologique des déplacements. Car désormais, chaque recherche permettra de connaître précisément l'impact carbone des trajets proposés, du début à la fin, et par conséquent d'en faire un critère de choix concret pour les consommateurs, au même titre que le prix.

Et cela, en s'appuyant sur les données publiées par l'Ademe, qui permettent de calculer précisément l'empreinte de chaque mode de déplacement en le multipliant par le nombre de kilomètres parcourus.

Réunir tous les modes de transports

Depuis son lancement le jeudi 10 novembre, l'outil Go Savoie Mont Blanc a ainsi commencé à agréger plus de 252 compagnies aériennes (dont Air France, Easy Jet, Swiss...), 20 loueurs de voitures (dont Europcar, Budget, Hertz, Avis, Sixt), mais aussi les offres de la SNCF et des autocars gérés sur les deux départements par la Région Auvergne Rhône-Alpes. Le tout en un seul site, et surtout un seul paiement.

"Contrairement à une plateforme comme SNCF Connect, notre outil propose de réaliser les achats en un seul paiement du début à la fin, et n'est pas uniquement un agrégateur d'itinéraires", souligne Grégory Guzzo, directeur associé d'Antidots, et ancien directeur de l'Office de Tourisme de la station de Val Thorens.

"Le sujet de la décarbonation des transports représente encore 55 à 65 % de l'empreinte carbone d'un séjour en montagne. L'ambition était donc d'agir car il nous a semblé que c'était à nous, professionnels, d'accompagner nos clients dans une démarche de progrès, sans les culpabiliser, en leur offrant un outil simplifié et qui leur permette de mesurer l'empreinte de leurs déplacements", confie à son tour Michaël Ruysschaert, directeur général de l'Agence Savoie Mont-Blanc.

Une volonté qui a croisé celle de la jeune pousse Antidots, qui développait en même temps un outil de MaaS (après avoir développé dès 2001 le premier système de réservation de billet de transport sur la Toile et co-investi dans la plateforme de réservation Altibus).

L'Agence Savoie Mont-Blanc l'a convaincue de flécher en premier lieu sur son territoire le lancement de son outil, avec à la clé, une aide de 30.000 euros ainsi qu'un vivier d'utilisateurs potentiel de 15 millions de visiteurs uniques, enregistrés chaque année par l'Agence, et que les deux partenaires espèrent bien convertir à de nouveaux usages en matière de réservations.

Une offre appelée à s'étoffer encore

Pour l'heure, Go Savoie Mont Blanc a été lancé il y a quelques jours et se trouve encore en phase de rodage. Un message rappelle d'ailleurs : "Vous trouverez ici toutes nos offres en temps réel. Nos partenaires continuent à enrichir leurs disponibilités afin de toujours mieux vous satisfaire ! N'hésitez pas à vérifier régulièrement leurs propositions".

Selon Grégory Guzzo, le système est capable actuellement de proposer en moyenne entre 3 et 5 solutions de transport pour un même trajet, quel que soit le point de départ à l'échelle mondiale, "tant qu'il arrive au sein des stations des Deux Savoie". "Le système est aussi apprenant, ce qui signifie qu'il va se nourrir de toutes les recherches qui sont faites par les internautes pour améliorer ses propositions et faire apparaître les trajets les plus pertinents".

La solution a déjà été déclinée en 6 langues, et il ne lui manque plus que l'allemand, qui devrait arriver d'ici peu, avec la cible de toucher non seulement les voyageurs français, mais également l'Europe dite "de proximité" (Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, etc). Un call center,  basé à Chambéry et mutualisé avec Altibus, est également accessible 6 jours sur 7.

Actuellement, seuls le réseau Blablacar et Blablabus ne sont pas encore présents sur Go Savoie Mont Blanc (contrairement aux réseaux de bus départementaux et régionaux qui ont été intégrés), tandis qu'Antidots songe déjà à faire croitre son offre avec les grands opérateurs de bus nationaux et internationaux de bus (d'ici la fin de la saison d'hiver). Avec pourquoi pas, à terme, une extension au monde des VTC et taxis.

"La difficulté, c'est cependant que nous ne pourrons vendre que ce qui est offert : si les billets sont pris d'assaut le jour de leur mise en vente, comme cela a été le cas chez la SNCF par exemple, nous aurons forcément moins d'offres à proposer sur une période donnée", ajoute Grégory Guzzo.

Tester l'appétence des consommateurs

Pour Michaël Ruysschaert, une telle initiative vise aussi à tester l'appétence des utilisateurs pour les modes de transports déjà existants, en incluant notamment la possibilité de réserver des véhicules électriques chez les loueurs partenaires par exemple. Quitte à susciter, dans un second temps, de nouveaux projets de desserte pour les opérateurs en place ?

Il est encore trop tôt pour le dire, mais l'Agence Savoie Mont-Blanc estime qu'il s'agit déjà "d'une incitation forte à la mobilité verte" : "Notre service réconcilie l'ensemble des offres de transport, qui étaient jusqu'ici très atomisées et hétérogènes à l'échelle du territoire".

D'ailleurs, l'agence se pose très clairement en "facilitateur" pour convaincre d'autres territoires voisins d'adopter la même solution avec son partenaire Antidots : celui-ci propose ainsi une aide de 40% des frais de développement aux offices de tourisme des Deux Savoie qui souhaiteraient intégrer directement ce nouvel outil sur leur propre plateforme. "Cela baisserait ainsi considérablement le coût de l'intégration, qui est évalué à 12.000 euros en moyenne".

Vers un MaaS qui associe transport et hébergement ?

"Nous poussons aujourd'hui ce service en espérant que l'ensemble des professionnels du tourisme s'en saisissent, office du tourisme, hébergeur, tour-opérateurs... Ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrons nous retirer éventuellement de cette démarche, mais nous ne le ferons pas tant que l'outil ne sera pas massivement utilisé", ajoute Michaël Ruysschaert.

Pour l'heure, les deux Savoie comptent sur les 15 millions de visiteurs uniques enregistrés chaque année par l'Agence, ainsi que sur 6 millions d'euros de recettes réalisées l'an dernier après le lancement de son offre d'hébergements touristiques, Skimarrange, pour générer des flux sur Go Savoie Mont Blanc.

Pour Grégory Guzzo, directeur associé d'Antidots, "un taux de conversion de 2 à 3% serait déjà une bonne nouvelle". Côté modèle économique, Antidots se rémunérera d'ailleurs sur une commission prélevée sur chaque voyage réservé, auprès des prestataires de transports : et cela à tarif constant, c'est-à-dire sans faire payer le surcoût aux consommateurs.

Un projet qui va plus globalement de pair avec nouvelle ambition du côté de l'Agence Savoie Mont Blanc : améliorer le parcours client, en proposant un système de réservation mutualisé à deux étages, associant désormais un volet hébergement (avec Skimarrange) et un volet transport (avec Go Savoie Mont Blanc). De quoi peser, selon elle, vers des modes de consommation qui se veulent aussi plus responsables.

De son côté, son partenaire Antidots a également d'autres projets du même type : "Nous travaillons à terme sur deux autres offres MaaS : du Smart Travel, qui permettra d'agréger également des offres hébergement et activités, mais aussi du Smart Event, qui vise à permettre d'organiser tout une sortie à partir de l'achat d'un billet de spectacle par exemple". Avec de premières annonces qui pourraient intervenir dès le printemps 2023.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/11/2022 à 12:58
Signaler
Image: Ou brancher les radiateurs électriques à fond avec les fenêtes ouvertes

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.