Rosi Solar sur le point de lever 10 millions d’euros pour le recyclage des panneaux photovoltaïques

La startup grenobloise est sur le point de boucler une levée de fonds de 10 millions d’euros. Elle lui permettra d’optimiser et d’industrialiser sa technologie de recyclage des panneaux solaires photovoltaïques en fin de vie. Objectif : récupérer le silicium, l’argent et le cuivre, trois matériaux difficilement récupérables avec les technologies actuelles pour les revendre, sous leur forme pure, à des industriels utilisateurs. L’enjeu est stratégique, notamment pour le silicium, mais aussi environnemental.
A travers cette photo, on peut observer du silicium pur, issu de panneaux photovoltaïques en fin de vie, dont Rosi Solar a libéré des polymères qui le protégeaient puis détaché les métaux conducteurs présents en surface.
A travers cette photo, on peut observer du silicium pur, issu de panneaux photovoltaïques en fin de vie, dont Rosi Solar a libéré des polymères qui le protégeaient puis détaché les métaux conducteurs présents en surface. (Crédits : DR)

L'opération est sur le point d'être clôturée. Au total, Rosi Solar va lever environ 10 millions d'euros dont 4 accordés par l'EIC (European Innovation Council) dans le cadre de son appel à projets Green Deal. Ils avaient été sécurisés à l'attention de la startup par l'organisme européen en 2020 mais leur déblocage était soumis à un engagement au moins équivalent d'investisseurs privés. Engagement sur le point donc d'être officiellement acquis.

Ce tour de table doit permettre à la startup iséroise de porter notamment son investissement pour le lancement de sa première usine de recyclage de panneaux photovoltaïques qui sera installée près de La Mure. 3,5 millions d'euros seront nécessaires, juste pour la partie industrielle du site.

Après le feu vert de la DREAL espéré d'ici la fin de l'année, le site pourrait être mis en service au cours  du premier trimestre 2023.

Traiter 10.000 tonnes de panneaux photovoltaïques en 2024/2025

Ce site sera dimensionné pour traiter 3.000 tonnes de panneaux photovoltaïques par an (un panneau moyen pèse 20 kg, ndlr), et récupérer ainsi environ trois tonnes d'argent et 90 tonnes de silicium pur. En 2024/2025, une montée en puissance industrielle devrait permettre de recycler au moins 10.000 tonnes de panneaux.

L'enjeu est stratégique puisque le silicium est considéré comme un matériau critique par la commission européenne mais aussi environnemental comme le pointe Yun Luo, polytechnicienne et physicienne, co-fondatrice de Rosi Solar en 2017, avec Daniel Bajolet (ex VP- de Rhodia et expert du silicium) et Guy Chichignoud (chargé de recherche au CNRS - laboratoire SIMAP à Grenoble- et spécialiste de la purification du silicium) :

« Le silicium est la matière opérationnelle, dans le panneau photovoltaïque, qui permet de transformer la lumière en énergie. Il est essentiel mais il nécessite de très nombreuses ressources naturelles. Pour fabriquer un kilo de silicium, il faut en moyenne deux kilos de bois, trois kilos de quartz qui viennent souvent de très loin, ainsi qu'un kilo de charbon. L'impact environnemental de la fabrication du silicium est énorme ».

Et pourtant, cette matière très couteuse en ressources naturelles est aussi gaspillée... « Lors des opérations de découpe de wafers, au moins 40% de silicium sont perdus », s'insurge Yun Luo qui en avait fait le constat alors qu'elle travaillait à la direction technique d'un industriel du secteur.

Récupérer le silicium à la source puis en fin de vie

Rosi Solar est née de ce constat et s'est attaquée rapidement aux premiers défis : d'abord réduire les impuretés introduites dans le silicium non utilisé par le procédé de découpe des wafers puis fondre la poudre nanométrique obtenue.

« Nous avons surmonté ces difficultés mais immédiatement nous nous sommes heurtés à une difficulté : il n'y avait pas de fabricants de panneaux en France et donc pas de découpe de wafers. Cela se fait majoritairement en Chine mais nous étions trop petits pour nous déporter à l'étranger. Très vite, nous nous sommes intéressés au sujet du recyclage, sujet qui commençait à prendre de l'ampleur en raison de l'arrivée en fin de vie des premiers panneaux installés », explique Yun Luo qui pilote depuis Berne la start-up établie en Isère.

« D'autant que la France est un des pays les mieux organisés en matière de récupération des panneaux photovoltaïques (NDLR via l'organisme collecteur SOREN) ».

Fournisseur de silicium

Rosi Solar s'est alors employée à inventer un cycle total de recyclage d'un panneau photovoltaïque, s'appuyant sur le procédé de la pyrolyse et d'une technique de chimie douce permettant de récupérer du silicium pur, sans résidu carbone, ainsi que les fils d'argent à l'état solide.

Grâce à sa technologie brevetée permettant de dissocier les éléments des couches de wafers, Rosi Solar parvient à extraire le cuivre ainsi que 80 à 90% de l'argent et 90% du silicium contenus dans un panneau solaire. Ces trois matériaux représentent moins de 5% de la masse d'un panneau solaire et sont aujourd'hui considérés comme particulièrement difficiles à retirer pour une réutilisation.

Ces matières premières, pures, issues de ce recyclage seront commercialisées directement auprès d'industriels utilisateurs.

« Nous devons encore travailler sur l'optimisation et le rendement mais dans un premier temps, nous visons une valorisation de 500 à 600 euros la tonne de panneaux solaires entrants. Notre objectif est bien de générer suffisamment de valeur pour que ce marché ne soit pas subventionné ».

La startup, qui compte une vingtaine de collaborateurs actuellement, devrait employer une trentaine de personnes sur son site de la Mure. Sa montée en puissance sera fortement liée à l'arrivée progressive de volumes plus importants de panneaux photovoltaïques en fin de vie dans les prochaines années. En parallèle, la levée de fonds doit lui donner les moyens de se développer à l'international, sur le recyclage mais aussi sur son positionnement initial sur la découpe des wafers.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.