La startup lyonnaise Zelup lève deux millions d'euros pour réduire la consommation en eau des lances à incendie des pompiers de Paris

Face au changement climatique et à la nécessité d’économiser les ressources naturelles, les pompiers doivent également faire évoluer leurs pratiques. La Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris et la startup industrielle lyonnaise Zelup ont codéveloppé une lance incendie innovante, consommant cinq fois moins d’eau que les outils traditionnels. Après une levée de fonds de deux millions d’euros qui vient d’être opérée, Zelup s’apprête à lancer la phase d’industrialisation.
Les lances codéveloppées par Zelup et les sapeurs-pompiers de Paris consomment moins de 100 litres d'eau par minute.
Les lances codéveloppées par Zelup et les sapeurs-pompiers de Paris consomment moins de 100 litres d'eau par minute. (Crédits : DR)

Pour industrialiser sa lance économe en eau qui sera prochainement déployée sur les camions des pompiers de Paris, Zelup devait lever des fonds. Le process aura été long et fastidieux mais l'opération vient d'être clôturée : la startup industrielle lyonnaise a collecté deux millions d'euros. Pas en equity comme l'espérait son dirigeant (et fondateur), Thomas Issler, mais en obligations convertibles complétées d'une enveloppe de subventions de près de 400.000 euros de la Région Auvergne Rhône-Alpes. « Les valorisations proposées étaient ridicules. Pourtant, au regard de ce qu'il se pratique dans le secteur du digital par exemple, nos exigences étaient raisonnables. Nous avons donc finalement opté pour les obligations convertibles, cela coûte cher mais elles vont nous permettre d'avancer rapidement. Il nous faut désormais aller vite !», lance celui-ci.

Des lances incendie économes en eau

Créée en 2012 sur une idée de solution de nettoyage innovante, très économe en eau (consommation divisée par vingt), pour les terrains de sport, les vélos, les chaussures de sport etc, Zelup s'est désormais engagée sur un nouveau chemin prometteur : celui du marché de la sécurité incendie.

« La mise au point de notre solution de nettoyage avait nécessité deux ans de R&D. Elle s'appuie sur la fragmentation hydropneumatique, c'est-à-dire un mélange d'eau et de gaz, permettant la création de petites gouttelettes, aussi efficaces qu'un jet traditionnel. Le challenge était de réussir à créer une vitesse suffisante malgré la pression moindre », explicite Thomas Issler. Challenge relevé et qui a attiré l'attention de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris. Plus spécifiquement de son bureau d'études, appuyé par le laboratoire central de la Préfecture de Paris.

« Les sapeurs-pompiers cherchaient des solutions permettant de réduire leur consommation en eau, tout en répondant aux nouvelles problématiques créées par les bâtiments HQE en termes de dégagement de fumées plus toxiques. La technologie hydropneumatique les a interpellés. Ils nous ont donc proposé, en 2017, de travailler ensemble sur leurs futures lances à incendie ».

Avec une cible : passer, grâce aux microgouttelettes, d'une consommation de 500 litres d'eau par minute avec les lances traditionnelles à moins de 100 litres. Tout en conservant une efficacité similaire évidemment.

Un objectif très ambitieux car il s'agissait pour Zelup de transposer une performance pour le nettoyage des terrains sportifs de 25 litres/heure projetés à un mètre de distance à 100 litres par minute projetés à plus de 20 mètres. « Nous avons réussi assez rapidement, dès 2018. Sur la consommation d'eau mais aussi sur l'abattement des particules, ce qui permet de mieux protéger les pompiers », sourit Thomas Issler.

Depuis quatre ans, de nombreux essais ont été réalisés pour de multiples améliorations : sur un feu d'appartement à Lyon par exemple ou sur des feux de palettes, des feux de voiture etc. Cet été, les marins-pompiers de Marseille vont valider l'utilisation des lances pour les feux de forêt.

L'outil est désormais prêt, cobreveté par Zelup et la Brigade des Sapeurs-Pompiers, au terme d'un coinvestissement total représentant plus de 10 millions d'euros.

Industrialisation dès septembre 2022

La récente levée de fonds va permettre à Zelup de passer à l'étape d'après, celle de l'industrialisation, attendue pour septembre prochain. D'ici à 2026, la moitié du parc de véhicules des pompiers de Paris sera équipée de la nouvelle lance, soit 60 véhicules. D'autres engins seront reconfigurés. A Lyon, deux véhicules seront équipés à l'automne prochain, à Marseille, l'équipement du premier camion devrait être réalisé dans les prochains jours. La fabrication des différents composants des lances est sous-traitée, en grande partie, en France et dans la région AuRA, l'assemblage se fait lui au sein des ateliers lyonnais de Zelup.

D'ici à 3 ans, Thomas Issler table sur un chiffre d'affaires d'au moins 10 millions d'euros (il est actuellement de 0 puisque l'activité liée au nettoyage sportif a été sortie il y a deux ans de Zelup).

« Nous visons le marché de la sécurité civile mais par seulement puisque notre lance intéresse également l'industrie, notamment les entreprises travaillant sur les hydrocarbures ».

Pour monter en puissance, le dirigeant va embaucher une quinzaine de personnes d'ici à la fin de l'année pour renforcer l'équipe actuelle constituée de 6 collaborateurs. Et prévoit une levée de fonds, en bonne et due forme cette fois, de sept à dix millions d'euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.