CES 2022 : le haut-savoyard Moonbikes part à la conquête des Etats-Unis avec ses motoneiges électriques

Créée en 2018 à Annecy, le fabricant de motoneiges électriques haut-savoyard Moonbikes est en pleine phase d’accélération. Très remarquée par les visiteurs internationaux à l’occasion du CES de Las Vegas, cette société qui veut verdir le secteur des motoneiges se prépare à un marché colossal et exponentiel : de 50 motoneiges produits l’an dernier à 400 cette année, elle vise déjà les 1.500 unités dès l’an prochain, tout en s’ouvrant désormais aux Etats-Unis avec la création d’une filiale.

4 mn

« Il s'agissait de notre premier CES et on aurait du mal à s'imaginer comment on pourrait traiter davantage d'afflux de demandes et d'interviews. On a vu des médias très traditionnels français et étrangers, mais on a aussi des YouTubeurs, des influenceurs Instagram qui ont filmé notre produit », a confirmé Gaston Lachaise, projet manager du haut savoyard Moonbikes.
« Il s'agissait de notre premier CES et on aurait du mal à s'imaginer comment on pourrait traiter davantage d'afflux de demandes et d'interviews. On a vu des médias très traditionnels français et étrangers, mais on a aussi des YouTubeurs, des influenceurs Instagram qui ont filmé notre produit », a confirmé Gaston Lachaise, projet manager du haut savoyard Moonbikes. (Crédits : DR/ML)

« Notre idée est née d'un constat : l'été, il existait déjà beaucoup de véhicules pour se déplacer : des longboards électriques, des trottinettes électriques, etc. Tandis que l'hiver, on était un peu bloqués avec le concept de la motoneige, qui tire la totalité du marché, mais qui est aussi un moyen de déplacement extrêmement lourd, polluant, et bruyant », se souvient Gaston Lachaise, project manager de la filiale américaine nord-américaine de Moonbikes.

Face à ce qu'elle voyait comme un manque de diversité dans l'offre existante, la société, qui faisait partie de la délégation régionale du CES 2022, a développé un appareil entièrement électrique, mais aussi plus léger.

Avec à la clé, un moteur de de 3 kW associé à deux batteries embarquées de 35 milliampères. « De quoi lui prodiguer jusqu'à 3 heures d'autonomie », confirme Gaston Lachaise.

Pour recharger ses véhicules, la jeune pousse a déjà prévu deux possibilités :  extraire la batterie et la recharger à la maison (en l'espace de 2h30 en moyenne), ou bien brancher directement son appareil sur une prise électrique.

Elle a commencé par installer, l'an dernier, une cinquantaine d'exemplaires dans cinq stations des Alpes du Nord, situées à proximité de son bassin de R&D. Et malgré le Covid, ceux-ci ont rencontré un grand succès, notamment auprès de la clientèle de loueurs.

« Malgré un premier lancement en pleine crise sanitaire et marqué par la fermeture de remontées mécaniques, nous avons rencontré un premier succès commercial qui nous a permis de valider notre projet, et notamment, l'intérêt du modèle de la location en plus de notre pilier de départ, qui demeure la vente aux particuliers », explique son chargé de projet.

L'ouverture d'une filiale aux Etats-Unis

Depuis, la société a déjà reçu des précommandes provenant de Scandinavie, des Etats-Unis ou encore du Canada et a presque vendu l'ensemble des 400 exemplaires programmés pour être produits courant 2022 en France.

« Parmi ces 400 unités, 100 seront destinées au marché américain et 300 au marché français. L'objectif étant de débuter par ces clients et de s'assurer de leur satisfaction, avant d'adresser plus largement le marché américain qui représente déjà, pour l'heure, 90.000 des 130.000 motoneiges vendues chaque année, à l'échelle mondiale ».

Et ce, en sachant que dans les faits, ce marché pourrait être beaucoup plus important car en proposant des motoneiges « plus green » avec leur motorisation électrique, 95% de ses clients se sont en réalité équipés en partant de zéro. D'ailleurs, dès l'an prochain, la jeune pousse compte atteindre les 1.500 motoneiges produites, la conduisant ainsi tout droit sur la route d'une croissance exponentielle.

Pour l'heure, la compagnie mise sur un prix de vente à 7.300 euros l'unité (contre 8.500 dollars pour le marché américain). Et pour prendre en main ce déploiement, deux personnes (dont le fondateur de la société) sont partis s'installer à Boulder, au Colorado, tandis que le reste des 20 salariés demeurent en Haute-Savoie.

« Etre installés à Boulder nous permet d'occuper une place centrale pour attaquer le marché américain », juge Gaston Lachaise.

Un second tour de table et une usine aux Etats-Unis au programme

Du côté de la fabrication, Moonbikes revendique un certain nombre de pièces françaises, dont le châssis, le caisson de la batterie, ainsi que les batteries avec ensuite, un assemblage réalisé par une filiale du groupe allemand Bosch, Alpsolu, au sein de son usine située en Haute-Savoie.

Après avoir bouclé une première levée de fonds de 5,2 millions de dollars en septembre dernier, avec un fonds d'investissement extérieur et des business angels pour financer la production des 400 motoneiges annoncées pour 2022, Moonbikes étudie la possibilité d'ouvrir également un site de fabrication outre-atlantique, à l'aide d'un second tour de table.

Et sa présence au CES, malgré les nombreuses défections de grands groupes, aura plutôt eu tendance à confirmer pour l'heure ces prévisions. « Il s'agissait de notre premier CES et on aurait du mal à s'imaginer comment on pourrait traiter davantage d'afflux de demandes et d'interviews. On a vu des médias très traditionnels français et étrangers, mais on a aussi des YouTubeurs, des influenceurs Instagram qui ont filmé notre produit ».

Et d'ajouter :

« Nous avons également rencontré de potentiels fournisseurs, notamment de batteries : on ne compte plus combien on en a rencontré à l'occasion de ce salon, et cela nous intéresse particulièrement pour notre projet d'usine ».

Le plan montagne, mis en place par Laurent Wauquiez, aura d'ailleurs permis à la jeune pousse de décrocher, il y a quelques semaines, une aide à l'innovation de 175.000 dollars afin de continuer à développer des innovations plus durables, permettant également de diversifier l'offre touristique.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.