Lireka, cette librairie digitale 100% francophone montée par deux anciens d’Amazon à Grenoble

Ils avaient choisi de reprendre courant 2020 une institution grenobloise, la librairie Arthaud, née au cours du XIXe siècle... Un an plus tard, deux anciens cadres d'Amazon transforment l'essai et lancent désormais "la première librairie francophone en ligne", avec un pari : proposer un tarif de livraison gratuite, ou presque. De quoi bousculer, sans se cacher, le modèle du livre et concurrencer (indirectement) la plateforme américaine sur son propre terrain.

5 mn

Depuis la reprise de l'an dernier de l'institution grenobloise Arthaud, qui compte 32 salariés et s'étend sur 1.200 m2 au sein d'un ancien hôtel particulier, les deux associés avaient déjà une idée en tête : contrecarrer les modèles traditionnels et adresser le marché francophone, via une nouvelle librairie 100% en ligne, Lireka.
Depuis la reprise de l'an dernier de l'institution grenobloise Arthaud, qui compte 32 salariés et s'étend sur 1.200 m2 au sein d'un ancien hôtel particulier, les deux associés avaient déjà une idée en tête : contrecarrer les modèles traditionnels et adresser le marché francophone, via une nouvelle librairie 100% en ligne, Lireka. (Crédits : DR)

L'initiative se veut audacieuse à plus d'un titre : car en temps de crise, Marc Bordier et Emmanuelle Henry avaient d'abord choisi de reprendre une librairie grenobloise née au  XIXe siècle, Arthaud, avant de s'engager dès cette rentrée dans un autre projet : celui de monter une startup de la librairie francophone en ligne, capable d'aller chasser sur les platebandes de leur ancien employeur, Amazon.

Car depuis la reprise de l'an dernier de la boutique grenobloise qui compte 32 salariés et s'étend sur 1.200 m2 au sein d'un ancien hôtel particulier, les deux associés avaient déjà une idée en tête : contrecarrer les modèles traditionnels et démontrer que la librairie traditionnelle n'est pas morte, et peut tout à fait se marier avec le modèle des plateformes en ligne.

C'est pourquoi, après avoir repris cette institution grenobloise aux mains de l'éditeur Rue des Ecoles l'an dernier, les deux cofondateurs s'étaient appuyés sur leurs propres économiesmais surtout sur leur parcours au sein de la plateforme Amazon mais également des éditions Hachette, afin de naviguer face au Covid.

Résultat : leur chiffre d'affaires est demeuré quasi stable (à 4,702 millions en 2020 contre 4,743 millions en 2019), tandis que les ventes en lignes, qui représentaient à peine 1% de l'activité de la librairie, avaient bondi et permis de compenser les périodes de confinement.

Lireka, une librairie digitale 100% francophone

"Nous avons toujours pensé qu'il existait cependant une vraie complémentarité entre la librairie traditionnelle et la librairie en ligne, qui permet de toucher des populations plus éloignées des centre-villes, voire même à l'étranger", indique Emmanuelle Henry.

En cette fin septembre, ils ont donc lancé Lireka, une librairie 100% en ligne et francophone, qui affiche ses couleurs, avec plusieurs objectifs : proposer uniquement des livres, et rien que des livres (donc pas de produit dérivé), tous francophones, assortis d'une livraison à un centime d'euros en France (et gratuite à l'étranger). Avec une vision et des conseils de libraires en plus.

Soit un marché potentiel estimé par la jeune pousse de près de "2 millions d'expatriés français, et plus de 250 millions de locuteurs francophones hors de France". Car l'expérience des deux fondateurs, précédemment expatriés sur le continent nord-américain, leur avait démontré qu'il était difficile d'acheter des livres francophones en dehors de l'Hexagone, et en particulier aux Etats-Unis.

A cette occasion, ils se sont associés à un entrepreneur français installée en République Tchèque, Robin Mallein, afin d'assurer la partie développement informatique.

De quoi renverser la logique du principal acteur du marché, Amazon, venu du continent américain pour se développer en Europe ? Lireka compte quant à elle faire l'inverse : partir de la France pour conquérir les amoureux de la littérature française partout à travers le globe, mais aussi en France.

Faire jouer les forces des deux modèles

Derrière ce pari, se cache la volonté de produire des synergies avec sa boutique grenobloise, qui dispose déjà d'un vivier de 80.000 ouvrages en réserve. Elle sera d'ailleurs leur base logistique pour expédier ces livres en français partout à travers le monde, tandis que la nouvelle startup, créée sous forme de SAS avec 10 salariés, se prépare quant à elle à rechercher un site afin de "créer une base logistique dans l'agglomération de Grenoble".

Lireka a également déjà conclu un partenariat avec les maisons d'éditions francophones, en vue d'élargir son catalogue à un million de références.

Car selon les deux cofondateurs, les deux modèles de la librairie traditionnelle et virtuelle ne seraient pas opposés, et permettraient au contraire de faire jouer les forces de manière collective.

Avec par exemple, des achats et stocks pouvant être mutualisés avec la librairie, mais aussi "une logique de collaboration éditoriale,  par laquelle les libraires apportent des recommandations et des conseils de lecture ", en proposant par exemple des blogs et chroniques afin de rendre les titres visibles.

Côté livraison, ce pari repose également sur la négociation de tarifs avec des transporteurs (notamment Colis privé et DHL), en vue d'obtenir "des meilleurs prix que la plupart des librairies indépendantes", sur un principe de "regrouper les commandes en une seule livraison". Même si les deux cofondateurs ne comptent pas attendre d'avoir des commandes groupées pour expédier leurs livres : "nous faisons le pari que même si nous ne sommes pas gagnants sur l'envoi d'un seul livre de poche, nous pourrons fidéliser des consommateurs et enregistrer ensuite d'autres commandes plus importantes", évoque Marc Bordier.

D'autant plus que si, sur le marché français, la livraison gratuite n'est pas permise (avec un seuil minimum de 1 centimes d'euros), tout comme le prix du livre qui y est réglementé et le même pour tous, Lireka aura une (petite) marge de manoeuvre à l'international, où elle compte là encore proposer des livraisons "gratuites" dans près de 185 pays, tout en fixant le prix des livres elle-mêmes cependant, en fonction du marché, des prix pratiqués par la concurrence, etc...

Premiers signaux positifs : Lireka affirme déjà avoir reçu "plusieurs centaines de commandes" depuis son lancement officiel il y a quelques jours, le 27 septembre dernier.

Pour se distinguer, elle pourra également compter sur un site internet, développé "depuis deux ans et demi" par une équipe de développeurs informatiques basés en République Tchèque et coordonnée par l'associé Robin Mallein), et qui reprend la recette du succès des grandes plateformes en ligne.

A savoir un module de recommandation de nouveaux titres, un moteur de recherche poussé par Algolia, ainsi que des mises en avant de coups de coeur et sélections de ses librairies, mais aussi des avis issus d'un réseau de lecteurs Babelio (la Babelthèque).

Reste à voir désormais si ce croisement entre les mots Lire et Eurêka leur permettra de trouver "la" solution pour allier l'âme des librairies indépendantes à l'univers des nouvelles technologies.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/10/2021 à 21:32
Signaler
Amazon est super, à condition d'en sortir!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.