Gigafactory : comment un nouvel accord avec Renault va accélérer le projet de Verkor

On avait laissé la jeune pousse Verkor avec des ambitions de taille, à peine une année seulement après sa création : établir une gigafactory européenne sur le sol français à compter de 2023. Ce lundi, l’isérois vient d’annoncer un accord avec le groupe Renault, qui entre à son capital. L'objectif est double : co-développer de nouvelles cellules de batteries haute performance, mais aussi assurer un débouché à la future production de sa gigafactory, tandis que le choix de son futur site d'implantation a avancé d'un cran.

6 mn

Nouvel acte dans les ambitions de l'isérois Verkor, qui veut établir une gigafactory de batteries électriques de taille européenne à compter de 2023 : la jeune pousse annonce l'entrée à son capital du groupe Renault, qui n'est pas sans rapport avec la Renaulution annoncée récemment. Tandis que le choix de son futur site d'implantation a avancé d'un cran.
Nouvel acte dans les ambitions de l'isérois Verkor, qui veut établir une gigafactory de batteries électriques de taille européenne à compter de 2023 : la jeune pousse annonce l'entrée à son capital du groupe Renault, qui n'est pas sans rapport avec la Renaulution annoncée récemment. Tandis que le choix de son futur site d'implantation a avancé d'un cran. (Crédits : DR/Verkor)

(Publié le 28/06/2021 14:00, actualisé à 16:30)

Toujours à la recherche de « l'excellence industrielle » mais aussi d' « une chaîne de valeur compétitive, durable et locale en Europe », la jeune pousse iséroise Verkor, fondée en juillet 2020, avait déjà su s'entourer jusqu'ici. Avec, malgré son jeune âge, des acteurs de poids comme Schneider Electric, KIC Inno Energy, le Groupe IDEC, Cap Gemini à son capital... Et désormais, c'est avec le groupe Renault qu'elle compte passer un nouveau coup d'accélérateur sur sa stratégie.

« Il s'agit d'une première annonce majeure d'une série à venir, qui démontrera notre progression sur notre feuille de route visant à générer 50 GWh de capacité de production de cellules de batterie d'ici 2030 - une pierre angulaire dans le déploiement d'une chaîne d'approvisionnement de la batterie, compétitive, souveraine et durable en Europe », se félicite ce lundi Benoit Lemaignan, le Ceo et co-fondateur de Verkor.

De son côté, le Ceo de Renault Group, Luca De Meo, a précisé par voie de communiqué : « Avec Verkor, nous accélérons la production de batteries haute-performance et bas-carbone en France, pour l'Europe. Ce partenariat profitera de l'expertise unique de l'équipe Verkor dans la production de cellules, équipe qui attire les meilleurs talents internationaux venant de 14 pays du monde entier ».

Un accord qui s'inscrit plus largement, pour le constructeur, dans le cadre du plan stratégique « Renaulution », dans lequel Renault Group souhaite passer du statut « d'entreprise automobile utilisant la technologie » à celui d'une « entreprise technologique utilisant des voitures ». Ce lundi, le sino-chinois Envision confirmait par ailleurs 2 milliards d'euros d'investissements dans la création d'une future usine de batteries électriques à Douai dans le Nord, qui fournira elle aussi le groupe Renault, lors d'une visite d'Emmanuel Macron.

Pas vraiment de raison d'inquiéter Verkor, qui planche mais aussi sur la création d'une gigafactory de avec pour ambition d'atteindre de 50 GWh d'ici 2030 : "On sait qu'il existe une demande projetée d'environ 1.000 GWh sur le marché européen d'ici 2030 : seuls 6 à 7 projets comme Northvolt ou Volkwasgen sont lancés, alors que la demande anticipée représenterait l'équivalent d'une vingtaine de gigafactories de 50 GWh", précise le Ceo de Verkor, estimant que rien qu'en France, "il en faudra probablement 3 à 5".

Benoit Lemaignan confirme en effet à La Tribune que Renault et Verkor travailleront à co-développer de nouveaux modèles de batterie lithium-ion, destinés à alimenter les véhicules de la gamme Alpine du constructeur français notamment, avec l'ambition de viser des autonomies allant jusqu'à une moyenne de 400 km, suivant les caractéristiques des véhicules. "il s'agira de véhicules type familiaux, qui pourront entrer en commercialisation sur le marché à horizon 2025-2030".

Renault entrera ainsi directement au capital de Verkor

Pour Verkor, ce partenariat revêt un double avantage car Renault se positionnera ainsi à son capital, en devenant actionnaire à hauteur de 20% aux côtés des investisseurs déjà existants (montant cependant non communiqué), et assurera en même temps des débouchés à son projet de future gigafactory.

De quoi lui permettre de préciser ses ambitions avec une date et des cibles claires : « la construction de la première gigafactory démarrera en 2023. La capacité initiale atteindra 16 GWh, dont 10 GWh pour Renault Group, avec pour ambition d'atteindre une capacité de 50 GWh d'ici 2030, dont 20 GWh pour Renault Groupe », précise désormais Verkor.

Bien qu'il reste discret sur le montant des participations amenées par ses actionnaires, on sait que Verkor aura besoin de réunir une enveloppe de 1,2 milliards d'euros pour assurer le démarrage de son grand site industriel de 150 hectares qui devrait accueillir, à terme près de 2.000 emplois, pour une ouverture envisagée à horizon 2023/2024.

Ses cofondateurs, qui avaient déjà levé, en toute discrétion, près de 10 millions d'euros en fin d'année dernière, étudiaient pour cela plusieurs modèles : "Pour ce projet, nous menons un tour de financement dédié qui pourrait être alimenté par nos investisseurs mais également par des fonds européens, différents types de soutiens, ainsi que prêts bancaires, etc", confirme le Ceo Benoit Lemaignan. Avec un bouclage de ce nouveau tour de table déterminant prévu d'ici 18 mois.

Un centre de recherche l'an prochain, pour passer à l'échelle en 2024

Juste avant les élections régionales, le président LR Laurent Wauquiez avait confirmé que la Région s'engagerait aux côtés de Verkor, à hauteur d'une enveloppe pouvant aller jusqu'à « 7 voire 8 millions d'euros », sous condition que la future gigafactory s'implante en AURA.

La jeune pousse industrielle devrait d'ailleurs bientôt clarifier ses ambitions à ce sujet puisqu'elle avait déjà annoncé qu'elle arrêterait le choix du site « d'ici la fin juin », parmi une short-list de 7 sites demeurant à l'étude, « dont plusieurs en Auvergne Rhône-Alpes ». On sait déjà que dans cette course, l'ancien site Bosch de Rodez en Occitanie, un temps évoqué, ne fait plus partie des sites étudiés.

Contacté par La Tribune, Benoit Lemaignan affirme : "nous avions regardé lors d'une première phase plus d'une quarantaine de sites en France, en Italie, en Espagne et nous en avions short-listé sept. Aujourd'hui, il en reste trois, et nous nous devons bien entendu de les aligner désormais avec le partenariat que nous venons de conclure avec Renault. Car il serait logique d'être proche pour des raisons stratégiques". Avec une annonce qui devrait désormais être repoussée à la fin 2021.

En attendant, Verkor s'apprête à démarrer la construction d'un premier centre de recherche (le Verkor Innovation Centre, VIC) cette fois à Grenoble, afin de centraliser ses travaux de recherche et de développement sur la conception des nouvelles cellules et des modules de batterie innovants.

Ce site, qui ne sera pas dimensionné pour réaliser de la production en grande série, accueillera tout de même dès 2022 « une ligne pilote de cellules de batterie, le prototypage de modules, des installations de test, ainsi que la formation d'une nouvelle génération d'ingénieurs et de techniciens. » Avec l'ambition de transposer ensuite ses méthodes à plus grande échelle, dans une gigafactory qui devrait débuter sa production dès 2024.

Il ne s'agirait d'ailleurs pas de la seule annonce que devrait faire Verkor : toujours dans l'objectif de concevoir « la gigafactory la plus digitale, durable et efficace d'Europe, intégrée dans une chaîne de valeur compétitive et locale », l'isérois annonce que de « de nombreux partenariats sont noués à cet effet et seront annoncés dans les semaines à venir ».

De quoi créer le suspense, et donner encore un peu plus de poids à ses ambitions XXL.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.