Biocorp déploie le premier dispositif connecté pour stylo injecteur d’insuline

 |  | 1111 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : DR)
Un meilleur suivi du patient à distance, pour le patient tout comme pour les professionnels de santé qui le suivent. En pleine crise sanitaire, alors que la chaîne de soins est devenue un enjeu pour un certain nombre de pathologies chroniques, la jeune pousse puydômoise Biocorp lance la commercialisation de son stylo injecteur d’insuline connecté, en collaboration avec Roche Diabetes Care France.

Son dispositif s'accroche sur le stylo injecteur d'insuline pour recueillir et transférer les données d'insuline sur smartphone. Et promet une précision proche de 100%.

Développé par Biocorp, le dispositif intelligent Mallya veut simplifier le quotidien des patients diabétiques sous insulinothérapie, en leur permettant d'éviter ainsi les erreurs ou oublis. Compatible avec la plupart des stylos à insuline jetables, il est également rechargeable via un port usb.

Une fois le dispositif installé, le patient sélectionne et injecte ses unités d'insuline comme à son habitude, le transfert des données (date, heure, dose choisie) se faisant automatiquement.

Partagées avec les professionnels de santé grâce à la plateforme dédiée Roche Diabetes Care Platform, les données d'insuline précises et exhaustives permettront ensuite de suivre - en face à face ou à distance - l'évolution de la maladie de leurs patients, d'affiner leur interprétation et d'ajuster les décisions thérapeutiques.

Deux industriels au pieds d'une jeune pousse clermontoise

 « Depuis plus de 40 ans, nous contribuons à ce que les personnes atteintes de diabète aient moins à penser à la gestion quotidienne de leur maladie. Nous nous engageons en faveur de l'autonomie et de la qualité de vie des patients diabétiques, en leur donnant les moyens de comprendre et d'agir sur leur pathologie », explique Frédéric Jacquey, Président de Roche Diabetes Care France.

Et ce serait d'ailleurs précisément la promesse de Biocorp à travers son dispositif Mallya : car une fois intégré à l'écosystème digital pour patients et professionnels de santé de Roche Diabetes Care, les deux partenaires arrivent avec une solution qui se veut différenciante sur ce marché au service des patients diabétiques. « Nous sommes actuellement les seuls à proposer une telle solution, basée sur un dispositif médical marqué CE ».

Et Roche n'était d'ailleurs pas le seul à s'intéresser à ces enjeux, puisque le laboratoire pharmaceutique Sanofi avait d'ailleurs lui aussi démontré son intérêt pour les dispositifs connectés de l'entreprise clermontoise, qui avait débouché sur un partenariat également. Pour autant, cet accord ne rentrerait pas en conflit avec la collaboration Roche Diabetes Care France puisqu'elle ne concerne pas la France, sans compter que les deux géants de l'industrie pharmaceutique n'ont pas les mêmes canaux de diffusion.

« Le lancement commercial de Mallya marque une étape importante pour Biocorp. Nous sommes particulièrement fiers de le mener avec Roche Diabetes Care France. Sa position de leader, son vaste réseau de distribution auprès des officines et la connexion de notre dispositif innovant à son application Gluci-Chek présentent des avantages indéniables pour l'ensemble des professionnels de santé mais aussi et surtout pour les patients diabétiques à la recherche d'une meilleure qualité de vie, d'un meilleur confort dans la prise en charge et le suivi quotidien de leur maladie », confirme Eric Dessertenne, directeur général de Biocorp.

Une innovation alliant mécanique, capteurs et intelligence

Trois briques technologiques ont permis de mettre au point Mallya. "Nous avons trois équipes qui correspondent aux trois briques technologiques nécessaires. La première brique occupe l'équipe qui travaille sur la mécanique. Car cela peut avoir l'air simple, mais ça ne l'est pas parce qu'il faut s'adapter au stylo et c'est complexe", détaille Eric Dessertenne.

Une autre brique électronique concerne également le développement des cartes des capteurs et des composants. "Et enfin, on retrouve également une brique intelligence, avec les logiciels. Car pour transférer l'information, elle doit être cryptée et gérée de manière précise car nous agrégeons des données qui doivent demeurer confidentielles."

Au total, cinq ans auront été nécessaires pour développer le produit qui devait faire preuve de performance et de robustesse. La concurrence semble pour l'instant inexistante, bien qu'Eric Dessertenne anticipe que d'autres cherchent à connecter directement les stylos. Rien n'est concret pour l'instant, les recherches et le développement de ce type de produit sont longs et coûteux.

"Au moment opportun, nous réfléchirons à des partenariats potentiels avec les fabricants d'insuline", glisse le président de Biocorp.

25 millions investis depuis 2004

Une chose est sure : Mallya est pour l'instant le fer de lance du portefeuille produits de Biocorp, constitué de nombreuses solutions connectées innovantes. La société compte 70 collaborateurs et est cotée sur Euronext Growth Paris depuis juillet 2015.

"Depuis 2004, nous avons investi 25 millions d'euros", confie le directeur de Biocorp. Un budget au sein duquel le dispositif Mallya occupe une place importante.

"Ces 25 millions d'euros sont ventilés sur des dépôts de brevets, le fonctionnement des équipes, avec près de 25 personnes qui travaillent sur la R&D par exemple. Nos sites de production d'Issoire ont été adaptés ces trois dernières années, nous avons notamment ouvert de nouvelles lignes d'assemblage et nous allons continuer en 2021".

Fabriquée à Clermont-Ferrand, Mallya est la première de sa catégorie à recevoir le marquage dispositif médical CE. "C'est un gros investissement que d'aller chercher ce type d'homologation", rapporte Eric Dessertenne. "Nous poursuivons l'objectif que notre dispositif soit homologué en France, aux USA mais aussi à Taiwan, en Chine, au Brésil, en Arabie Saoudite, en Corée..."

Pour l'heure, Mallya n'est pas remboursé par la sécurité sociale, et sera d'abord commercialisé en officine pour un prix grand public de 110 euros.

Le marché potentiel n'en demeure pas moins énorme puisqu'il y aurait près de 60 millions de diabétiques dans le monde, et plus de 750.000 personnes traitées par injections d'insuline en France (hors pompes). "Nous avons la chance d'avoir des partenaires d'envergure comme Roche en France et Sanofi pour l'adresser."

Le Covid-19 : un frein, mais aussi un moteur d'innovation

Pour l'entreprise, la pandémie aura ralenti certains projets, généré des délais avec des partenaires, mais Eric Dessertenne parle plutôt de décalage que de retard.

En revanche, cette crise sanitaire aura, comme dans d'autres domaines, permis aux malades comme les soignants de se familiariser avec le numérique et les produits digitaux. "A plus long terme, cela permettra de développer une meilleure autonomie des patients et des soignants dans la médecine à distance, en collaboration avec les hôpitaux et les médecins", croit le président de Biocorp.

Dans un contexte où les Français sont encore "confinés" pour la troisième fois en un an, et où 58 % des patients diabétiques affirmaient ne pas avoir eu le sentiment d'avoir bénéficié d'une aide particulière pendant le premier confinement, le dispositif connecté Mallya veut donc se poser comme un outil pour assurer un meilleur suivi de proximité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2021 à 23:17 :
Bonjour madame monsieur.
Est-ce que c'est pour commander les mallya
Bonne journée Jonathan Richard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :