L'auvergnat Pigstech veut connecter les élevages avec son "internet of pigs"

 |  | 837 mots
Lecture 4 min.
La startup clermontoise Pigstech veut transformer le suivi de la santé des porcs au sein des élevages porcins et vise une industrialisation de sa bague connectée pour le deuxième trimestre 2021, en commençant par l'Asie.
La startup clermontoise Pigstech veut transformer le suivi de la santé des porcs au sein des élevages porcins et vise une industrialisation de sa bague connectée pour le deuxième trimestre 2021, en commençant par l'Asie. (Crédits : DR)
Digitalisation, épisode 5. Face à la crise, l'économie se transforme. Il ne s'agit pas d'une simple bague, mais plutôt d'un concentré de technologie. La jeune pousse Pigstech, associée au clermontois Yes it Is, a développé un objet connecté qui, fixé à l'oreille de l'animal, permet d'assurer un suivi individuel des animaux, au sein des élevages porcins. Il se prépare à démarrer son industrialisation cette année, pour un marché qui s'avère considérable en France, mais aussi à l'étranger et qui vise à améliorer le bien-être animal.

Après avoir travaillé plus de 27 ans en Asie, Étienne Guérou vient d'installer sa startup Pigstech au Village by CA en Auvergne, à Clermont-Ferrand. A ses côté, Elodie, sa fille est en charge d'une communication qui se veut déjà mondiale, tandis que son associé, Thierry Claireau est d'ailleurs quant à lui resté en Asie.

"Ces premiers jours de 2021, nous sommes en plein développement de la partie digitale, que nous voulons la plus simple possible, et nous espérons bientôt démarrer des tests in-situ pour valider les aspects techniques de notre outil", illustre Étienne Guérou.

Les deux associés ont eu l'idée de développer une boucle connecté appelée le Tag, fixée à l'oreille de l'animal. Elle permet de collecter des données de santé et d'assurer ainsi un suivi individuel des porcs. "Cet objet répondra au très fort taux de mortalité en Asie, où les conditions d'élevage doivent être améliorées, mais il est aussi conçu pour s'adapter à tout type de production dans le monde",  précise...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :