eLichens : ces capteurs qui protègent (aussi) les travailleurs de la chaîne du vaccin

 |  | 1139 mots
Lecture 6 min.
En plus de fournir un capteur de CO2 destinés à sécuriser les travailleurs de la chaîne de transport du vaccin Covid-19 à l'américain Honeywell, eLichens veut booster la commercialisation de ses nouvelles stations de mesure de qualité de l'air d'intérieur en 2021.
En plus de fournir un capteur de CO2 destinés à sécuriser les travailleurs de la chaîne de transport du vaccin Covid-19 à l'américain Honeywell, eLichens veut booster la commercialisation de ses nouvelles stations de mesure de qualité de l'air d'intérieur en 2021. (Crédits : DR)
CES 2021 (5/5). Pour ce dernier portrait de la semaine, zoom sur une nouvelle pépite iséroise, dans les rangs de la délégation régionale du CES. Fondée en 2014, la deeptech eLichens a commencé par développer des capteurs intelligents centrés sur la qualité de l’air, avant de concevoir deux stations de mesure (indoor et outdoor). Mais cette année, ses capteurs ont pris un autre virage inattendu puisqu’ils équipent aussi les travailleurs de la chaîne du froid du Covid-19.

Pionnière dans le domaine des capteurs intelligents, la jeune pousse eLichens est née à Grenoble, mais possède déjà des bureaux à Paris et à San Francisco. Avec ses 35 salariés, elle a su grandir vite, en partant d'une technologie de petite taille : un capteur de CO2, basé sur une technologie optique qui se veut unique, issue de développements conjoints avec le CEA Leti.

« Avec mon associé Marc Attia, nous avions l'idée de travailler sur des capteurs de mouvement, et nous nous sommes aperçus que la qualité de l'air qu'elle allait devenir un enjeu important dès 2014 », souligne Wahid Issa, CEO de eLichens.

« Par chance », ils ont croisé la route du CEA Leti à Grenoble : une collaboration qui leur a permis de développer pas moins de 52 brevets, dans la moitié en propre. « Nous sommes désormais les seuls au monde à présenter des performances industrielles avec des capteurs de petite taille qui offrent également une faible consommation », affiche Wahid Issa.

Très rapidement, il est leur est venu d'étudier à la fois la qualité de l'air intérieur, mais également extérieure. « L'idée était vraiment de pouvoir donner aux gens une lecture de la qualité de l'air qu'ils respirent », traduit-il.

La jeune pousse a commencé par fournir des capteurs embarqués, vers une dizaine d'industriels spécialisés dans...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :