Comment la pandémie booste la division santé du groupe ARaymond à Grenoble

 |  | 497 mots
Lecture 2 min.
Cette commande canadienne représente, à elle seule, plus que ce que l'entreprise fabriquait jusqu'ici en une année. (DR)
Cette commande canadienne représente, à elle seule, plus que ce que l'entreprise fabriquait jusqu'ici en une année. (DR) (Crédits : DR)
En ce début d'année, et alors que la pandémie occupe toujours largement l'actualité avec la perspective d'une 3e reconfinement qui semble se préciser, ARaymondlife constate une accélération fulgurante des ventes de son bouchon plastique tout-en-un. Avec notamment une commande d'envergure : celle du gouvernement canadien. Des millions de bouchons sortiront ainsi de l'usine grenobloise, d'ici la fin du printemps, pour fermer les flacons canadiens de vaccins contre le Covid-19.

Si le groupe ARaymond souffre, ce n'est pas le cas de toutes ses divisions. Alors que son dirigeant, Antoine Raymond, anticipait il y a quelques semaines une baisse de 20% de son chiffre d'affaires en 2020, sa branche santé, lancée en 2008 pour diversifier l'activité de l'ETI grenobloise (7.000 salariés, CA 2019 : 1,2 milliard d'euros) positionnée historiquement sur la fabrication de fixations plastiques pour le marché automobile, performe.

Elle devrait réaliser cette année un chiffre d'affaires de 9 millions d'euros (50 salariés). Soit plus du double de celui enregistré en 2019.

Le blockbuster 2021 : un bouchon innovant

Et pour cause. L'une de ses innovations...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :