Clermont-Ferrand s'offre une nouvelle usine innovante d'eau potable

La municipalité de Clermont-Ferrand vient de s'offrir une nouvelle usine d'eau potable au procédé de traitement d'eau unique en France. La municipalité a financé en grande partie l'équipement, dont le coût s'élève à 18,34 millions d'euros.

2 mn

Ce nouveau système de traitement de l'eau sera plus efficace, en cas de crues par exemple.
Ce nouveau système de traitement de l'eau sera plus efficace, en cas de crues par exemple. (Crédits : Flickr)

La ville de Clermont-Ferrand inaugurait, ce mercredi matin, à Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme) sa nouvelle usine de production d'eau potable du Val d'Allier. Située sur le site de l'actuelle unité de production quelque peu vieillissante, elle va permettre de booster la distribution de l'eau sur les communes de Clermont-Ferrand et de Cournon-d'Auvergne, tout en offrant un système de traitement innovant, unique en France.

Un système à base de charbon actif

"Il est déjà arrivé qu'en raison de crues de l'Allier, comme celle qui s'est produite en 2003, l'eau ne soit pas potable pendant plusieurs jours. Avec ce procédé, cela ne pourra plus arriver", promet Nicolas Bonnet adjoint au maire de Clermont-Ferrand, en charge de l'eau, de l'assainissement et du développement durable.

Le nouveau procédé testé en avant-première à Clermont-Ferrand va permettre de traiter l'eau grâce à un système à base de charbon actif en poudre et d'ultrafiltration, qui constitue une barrière aux particules 100 000 fois plus petites que le millimètre.

"L'eau aura un aspect beaucoup plus limpide et si d'aventure des pollutions en pesticides devaient survenir, elles seraient traitées grâce à ce nouveau système, tout en mettant moins de chlore", poursuit Nicolas Bonnet.

Hausse du prix de l'eau

La municipalité a financé la quasi-totalité de l'équipement d'un montant de 18,34 millions d'euros, avec l'aide de l'agence de l'eau Loire-Bretagne (à hauteur de 2,21 millions d'euros). Elle permettra de traiter une capacité maximale de 50 000 m3/ jour - soit 600 litres seconde - et de desservir la quasi-totalité de la ville de Clermont et de sa voisine Cournon-d'Auvergne.

L'usine mise en service le 4 janvier 2016 pour une première période de test a pu distribuer les premiers mètres cubes il y a une quinzaine de jours. Elle restera toutefois en phase de surveillance pour une durée de six mois, jusqu'à la date de son transfert, début 2017, vers la nouvelle communauté urbaine, Clermont Auvergne Métropole.

L'impact pour les consommateurs ne sera pas neutre, puisqu'une augmentation du coût de l'eau est à prévoir sur les cinq prochaines années, passant de 3 euros le m3 à 3,5 euros. "Mais cela reste un tarif très bas en comparaison du reste des autres grandes villes de France", se défend la mairie.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/06/2016 à 10:46
Signaler
L'augmentation liée à cet investissement est scandaleuse! En effet si on reprend les chiffres de l'article on constate qu'à terme le syndicat des eaux dégagera 9,1 Mio Eur supplémentaire chaque année (0,5€/m³ * 50.0000m³/j *365 = 9.125.000€) pour un ...

à écrit le 15/06/2016 à 18:51
Signaler
Quand le vin est tiré il faut le boire Nicolas bonnet confond crus de l'Allier et crues de l'Allier A quand le saint Pourçain dans les robinets ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.