Startup : Carbios teste la fabrication de sacs plastiques biodégradables

 |  | 306 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
La start-up auvergnate Carbios a annoncé le lancement de son unité pilote de fabrication de plastiques biodégradables sur son site de Saint-Beauzire, en Auvergne. Une petite révolution.

C'est sans doute une avancée majeure dans la courte et tumultueuse histoire des déchets plastiques. La société Carbios, installée au Biopôle de Saint-Beauzire (Puy-de-Dôme), en Auvergne, spécialisée dans la chimie verte, vient d'annoncer le démarrage de son unité pilote plasturgie dédié au développement de matériaux plastiques biodégradables basés sur sa technologie exclusive à base d'enzymes.

Un micro-organisme intégré au plastique

"Il s'agit d'intégrer à la fabrication du plastique un micro-organisme capable de détruire les polymères les plus compliqués, selon l'échéance souhaitée", assure Jean-Claude Lumaret, Directeur Général de Carbios, persuadé de détenir une solution révolutionnaire.

Cette société innovante de chimie verte qui développe depuis 2011 des technologies de rupture, a déjà levé quelque 14 millions d'euros depuis son entrée en bourse en décembre 2013, pour financer ses recherches et payer les quinze salariés de l'entreprise. Avec cette nouvelle étape préindustrielle, Carbios va pouvoir reproduire, à l'échelle pilote (40 kg/h), l'ensemble de la fabrication d'un film plastique : depuis la production des matériaux plastiques par extrusion jusqu'à leur transformation en films souples.

Des essais à grande échelle en 2017

Sacs de caisse, films de paillage pour l'agriculture, ou films plastiques, la technologie brevetée de Carbios permettra à des industriels du monde entier de produire du plastique propres mais aussi résistants. Déjà le semencier Limagrain ou le plasturgiste Barbier travaillent en étroite collaboration avec la startup. "Nous sommes en négociation très avancée avec des industriels qui s'intéressent de près à notre découverte", poursuit Jean-Claude Lumaret.

Les premiers essais dans un environnement industriel à grande échelle devraient avoir lieu en 2017. Il y a urgence. Chaque année, la planète produit 100 millions de tonnes de déchets plastiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2015 à 9:14 :
A suivre. Certains matériaux mixtes pétrole/végétal sembleraient ne pas se dégrader de façon convenable sur compost, en laissant des fragments, comme quand le plastique pétrolier pur se dégrade au soleil. Le seul matériau valable serait homogène, pur végétal, afin de ne pas faire coexister deux "antagonistes", chacun se dégradant à sa façon.
La recherche avance, on va y arriver. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :