Dessiner le visage de l’après-crise aux Journées de l'Economie

 |  | 542 mots
Lecture 3 min.
Ils ont reçu le prix Nobel de l’économie en 2019 pour leurs travaux sur la pauvreté, cassant au passage certains préjugés comme l’engouement autour du microcrédit et étudient désormais comment la crise du coronavirus affecte les plus pauvres.
Ils ont reçu le prix Nobel de l’économie en 2019 pour leurs travaux sur la pauvreté, cassant au passage certains préjugés comme l’engouement autour du microcrédit et étudient désormais comment la crise du coronavirus affecte les plus pauvres. (Crédits : DR/Bryce Vickmark MIT)
Le grand rendez-vous des Journées de l'Economie (Jéco) passe lui aussi en format digital pour sa 13e édition et se veut accessible à tous. Avec un mot d’ordre cette année : «Réinventons le progrès ensemble». Du 17 au 19 novembre, cet événement organisé par la Fondation pour l'Université de Lyon, en partenariat avec la Tribune Auvergne Rhône-Alpes, se donnera ainsi trois jours pour esquisser le visage de l’après-crise sanitaire, en présence des deux prix Nobel Esther Duflo et Abhijit Banerjee.

Résolument tourné vers les défis de 2020, alors que l'édition précédente traçait déjà le chemin, avec sa thématique : « Environnement, numérique, société... la décennie de tous les dangers ».

Les 13e Journées de l'Économie se transforment elles aussi en mode digital, pandémie oblige, avec ses 48 conférences accessibles à tous (dont 41 en direct), auxquelles participeront près de 200 intervenants.

L'objectif ? Répondre aux enjeux de l'actualité et proposer des éclairages d'économistes, en cette période si particulière où l'onde de choc de la pandémie exerce une pression très forte sur les systèmes de soins, et ébranle les économies aux quatre coins du globe.

Créées par la Fondation pour l'Université de Lyon pour mieux comprendre le monde qui nous entoure, les Journées de l'Économie ont été elles aussi, sans surprise, doublement affectées par le contexte actuel sans précédent. « Nous nous devions bien sûr de traiter ce sujet d'une incroyable actualité, tout en ignorant si nous pourrions monter l'événement dans les conditions normales », explique Pascal Le Merrer, professeur d'économie à l'ENS Lyon et fondateur des Journées de l'Économie.

Ces trois jours de rencontres basculeront donc en format digital, à travers la mise en place d'une nouvelle plateforme digitale (www.journeeseconomie.org) où l'accent a été mis sur l'ergonomie afin de faciliter l'accueil des participants et le visionnage des conférences, ainsi qu'une plateforme dédiée aux inscriptions (gratuites) : http://jeco-numerique.org.

« Une bonne science économique peut faire beaucoup »

Avec, comme grands témoins de l'événement cette année, les économistes Esther Duflo et Abhijit Banerjee, lauréats du prix Nobel d'économie en 2019 pour leurs travaux sur la pauvreté. Dès ce mardi, ces deux professeurs du MIT, qui forment également un couple dans la vie, participeront à la conférence d'ouverture (« Voir le monde autrement »).

En s'appuyant sur leur ouvrage commun, Économie utile pour des temps difficiles (Le Seuil, 2020), les deux auteurs, qui ont reposé leurs valises à Paris il y a quelques mois, souhaitaient avant tout « parler de ce qui ne s'est pas bien passé, et raconter pourquoi, mais aussi de tout ce qui est allé dans le bon sens ».

 Leurs travaux scientifiques offrent un panel d'alternatives et expriment la conviction « qu'une bonne science économique peut faire beaucoup. Appuyée sur les dernières avancées de la recherche, sur des expériences et des données fiables, elle est un levier pour bâtir un monde plus juste et plus humain. »

Une invitation à « garder espoir », à laquelle s'ajouteront d'autres temps forts tels que les conférences « Faut-il choisir entre solidarité et efficacité économique ? », ou encore « Une société démocratique à reconstruire », en présence de nombreux conférenciers, dont le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, l'économiste et directeur des études de Natixis, Patrick Artus, le dg du groupe Apicil, Philippe Barret, le mathématicien et homme politique français Cédric Villani, ou encore Philippe Aghion, un économiste professeur au collège de France qui a inspiré le programme économique d'Emmanuel Macron.

Retrouvez l'ensemble du programme de cet événement, dont la Tribune Auvergne Rhône-Alpes est partenaire, sur : www.journeeseconomie.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :