Hôtellerie : Lyon mise sur le haut de gamme et régule la concurrence

La clientèle affaires représente plus de la moitié des nuitées dans les hôtels lyonnais. La Métropole compte mettre l'accent sur cette demande tout en régulant la plateforme Airbnb.

6 mn

(Crédits : Fotolia)

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

Suivant la tendance du secteur à l'échelle nationale, l'hôtellerie de l'agglomération lyonnaise enregistre un bilan plutôt positif en 2017, d'après les chiffres la Chambre de commerce et d'industrie de Lyon métropole Saint-Etienne Roanne.

Le taux d'occupation moyen augmente de 2,5 points par rapport à 2016, passant à 69,3%, tandis que le nombre de nuitées et le revenu par chambre disponible (RevPAR) poursuivent leur ascension.

Seul ombre au tableau : le prix moyen qui, lui, baisse de 2,3% par rapport à l'année passée et atteint 86,2€ HT.

Lire aussi : L'hôtellerie lyonnaise enregistre une fréquentation record en mars 2018

"Cette chute est le contrecoup des années à événement comme 2016 avec l'Euro de football. Si on compare l'année 2017 avec 2015, le prix moyen augmente de 2%", assure Mihaela Neaga, conseil CHR, direction entrepreneuriat, commerce et proximité à la CCI de Lyon métropole, Saint-Etienne Roanne.

Vers une montée en gamme de l'offre

Lancé en 2016 par la Métropole, le schéma de développement de l'hébergement touristique (SDHT) met l'accent sur la montée en gamme de l'offre hôtelière pour s'adapter à une clientèle aux standards élevés.

Les congrès internationaux fréquemment organisés à Lyon représentent toujours des moments forts pour l'hôtellerie étoilée, si bien que 66% des nuitées sont aujourd'hui occupées par une clientèle d'affaires. Parallèlement, le tourisme de luxe représente 39,8% de la clientèle haut de gamme du parc hôtelier, un chiffre en croissance régulière.

Lire aussi : L'hôtellerie n'est pas adaptée aux ambitions touristiques de la France

Au travers du SDHT, la Métropole compte accompagner le développement d'environ 1 000 chambres répondant aux enjeux de l'agglomération.

"Cette année, nous aidons quatre hôtels à améliorer leur offre, ce qui représente un investissement de 136 000€", précise Jacques de Chilly, directeur général délégué au développement économique, emploi et savoirs de la Métropole de Lyon.

Parmi ces établissements, beaucoup de haut de gamme et quelques uns plus modestes. La Métropole confirme donc son ambition de développer son parc affaires, alors que plus de 65% des chambres sont déjà classées trois étoiles ou plus.

Une tendance déjà en marche : l'an dernier, cinq hôtels d'entrée de gamme ont mis la clé sous la porte. Au total, les hôtels deux étoiles et plus ont gagné 335 chambres dans la Métropole en 2017 alors que les établissements une étoile ou non classés en ont perdu 267.

La "concurrence déloyale" d'Airbnb

Malgré une prédominance des nuitées affaires, Lyon se montre de plus en plus attractive d'un point de vue touristique. Une clientèle qui monte en flèche, notamment grâce au développement des infrastructures comme l'Aéroport de Lyon-Saint Exupéry qui a ouvert de nouvelles lignes l'année dernière.

Entre septembre 2014 et août 2015, 103 000 voyageurs ont séjourné à Lyon en se logeant grâce à Airbnb selon une étude de Statista. La plateforme communautaire de location et de réservation de logements particuliers concentre aujourd'hui les craintes des professionnels de l'hôtellerie qui l'accusent de "concurrence déloyale".

On compte plus de 6 200 annonces Airbnb dans l'agglomération lyonnaise d'après une étude Luckey Homes, entreprise qui propose "un service de conciergerie" pour les propriétaires souhaitant mettre leur appartement en location sur la plateforme.

"Il faut réguler ce marché, mais le cadre législatif n'avance pas à la vitesse des acteurs du digital. On observe toutefois une dynamique de stabilisation de l'offre après une augmentation continue pendant des années", ajoute Vanguelis Panayotis, directeur des opérations de MKG Group et président de MKG Consulting et OlaKala_suite.

Deux contrôleurs chargés de surveiller les abus des propriétaires sur la plateforme viennent d'être embauchés à Lyon. Une tendance à la régulation qui se répand en France : Paris compte déjà une trentaine de régulateurs, Strasbourg et Bordeaux ont également créé des postes.

Entre septembre 2014 et août 2015, les propriétaires lyonnais auraient perçu plus de huit millions d'euros de revenus complémentaires grâce à leur annonce, toujours selon Statista.

La Ville a également mis en place un ensemble de mesures pour endiguer le phénomène Airbnb. Depuis l'année dernière, les loueurs doivent s'enregistrer en mairie et afficher leur matricule sur leurs annonces en ligne. Les propriétaires louant occasionnellement leur résidence principale le font désormais dans la limite de 120 jours par an.

Lire aussi : Airbnb dans le viseur de la ville de Lyon

Un arsenal réglementaire déployé pour éviter un phénomène de tourisme de masse.

"Dans le premier et le deuxième arrondissement, on remarque que des immeubles se vident de leurs habitants au profit des touristes de la plateforme", poursuit Jacques de Chilly.

Des quartiers où le prix de l'annonce est élevé. Il faut y débourser une centaine d'euros par nuit en moyenne, selon Luckey Homes.

Nouvelle offre

De quoi démontrer que la plateforme s'adresse également à une clientèle aux standards plus élevés.

Mais sur ce terrain, Airbnb a de la concurrence : d'abord institutionnelle, mais aussi entrepreneuriale, à l'image du concept développé par Nathalie Grynbaum et Stéphanie Marquez.

Les deux associées ont fondé MiHotel avec l'idée de proposer ce qu'elles ne trouvaient pas dans les hôtels qu'elles utilisaient pour leurs déplacements. Résultats : des suites haut de gamme installées dans de beaux immeubles, accessibles via un système automatique sécurisé.

Désormais, elles comptent 25 suites de ce type. Elles en auront 12 à 14 de plus début décembre 2018 lorsqu'elles s'installeront à la Tour Rose, repris en collaboration avec le couple Ludovic et Tabata Mey, ancienne de la Brasserie Marguerite.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.