Bosch Vénissieux : reprise du travail votée pour l'unité diesel

Le directoire de la firme allemande doit finaliser ce lundi l'accord avec BoostHEAT. Cette société obtiendra le soutien de Bosch pour s'implanter à Vénissieux, dans l'usine diesel.
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)

Lors d'une assemblée générale, en début d'après-midi ce vendredi, le personnel de l'unité Bosch diesel de Vénissieux a voté à "80 % la reprise du travail", apprend-on de source syndicale. Depuis le 18 mai, à l'appel de l'intersyndicale, les salariés de cette usine observaient un mouvement de grève pour obtenir que la direction de la firme allemande allège le Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui sera lancé en septembre prochain.

Transfert du siège

L'arrêt de la grève avait été présenté comme le préalable pour que la direction du groupe finalise (ce lundi) son accord soutenant l'implantation de BoostHEAT sur ce site dans le cadre d'une réindustrialisation. Un porte-parole de la direction confirme que cette jeune pousse, qui a breveté une chaudière très innovante, transfèrera son siège sociale nîmois à Vénissieux dès la fin 2016.

Début 2018, qui marquera le démarrage de la production, les effectifs prévisionnels devraient atteindre une cinquantaine de personnes.

Une aide financière

Outre la mise à disposition des locaux, pour un loyer préférentiel, la prise en charge de la formation des salariés de Bosch pour les convertir à cette nouvelle activité, l'équipementier allemand apporterait à BoostHEAT une aide financière de quelques millions d'euros. Les dirigeants de la startup française se déplaceront jeudi prochain à Vénissieux.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.