[Vous avez dit vacances ? Paroles de patrons 5/5] Fabrice Faure, Les Intérimaires Professionnels (LIP) : "Savoir profiter de la vie"

 |  | 772 mots
Lecture 4 min.
Le lyonnais Fabrice Faure, dirigeant du groupe d’intérim LIP, Les Intérimaires Professionnels, reste joignable durant ses vacances, mais s'applique à ne pas regarder son téléphone les après-midis.
Le lyonnais Fabrice Faure, dirigeant du groupe d’intérim LIP, Les Intérimaires Professionnels, reste joignable durant ses vacances, mais s'applique à ne pas regarder son téléphone les après-midis. (Crédits : DR)
[Série d'été / Interview] La Tribune questionne tout au long de l’été plusieurs dirigeants d’Auvergne Rhône-Alpes sur leur rapport aux vacances. Entre injections sociétales, plus-value pour l’entreprise et pour soi, ces femmes et ces hommes se livrent sans détour. Aujourd'hui, c'est au tour du lyonnais Fabrice Faure, dirigeant du groupe d’intérim LIP, Les Intérimaires Professionnels (160 agences pour 415 millions d’euros de chiffre d'affaires) de nous raconter sa vision des vacances. S’il s’accorde des temps de repos bien mérités dans l’année, il a choisi de ne pas couper pour autant le contact avec son milieu professionnel durant ses congés.

Aimez-vous vraiment les vacances ? Que représente cette période pour vous ?

Fabrice Faure : J'adore les vacances ! J'aurais tendance à dire que jusqu'à mes 36/37 ans, j'en prenais assez peu et finalement un jour, mais philosophie a changé. Aujourd'hui, je prends environ sept semaines de vacances par année, avec généralement les deux à trois premières semaines d'août ainsi que des vacances scolaires pour mes enfants, et c'est très appréciable.

Cependant, dans un monde où l'on peut rester chez soi tout en travaillant, on ne se déconnecte pas toujours. De mon côté, je ne coupe d'ailleurs pas spécialement en vacances, les gens respectent mes congés mais je ne bloque aucune situation et je réponds à toute demande si nécessaire. Je préfère d'ailleurs essayer de partir car sinon, il est même possible que je me retrouve durant mes congés au bureau !

La déconnexion est-elle pour vous difficile ?

Au quotidien, je ne fais pas de grande différence entre ma vie privée et professionnelle donc que ce soit au bureau ou en vacances, je considère que ma journée est à peu près la même. En congés, je vais seulement m'appuyer, de manière plus marquée, à ne pas regarder mon téléphone de midi à 16h environ.

Mais cela ne me fait rien de devoir travailler si nécessaire, je ne ressens pas de pression. Je délègue déjà beaucoup tout au long de l'année et j'estime qu'il est normal de devoir répondre aux gens qui me sollicitent, que je sois en congés ou pas. Je n'ai d'ailleurs qu'un seul téléphone, et je ne filtre pas les appels. Pour moi, ce n'est pas tant le mode déconnexion qui importe, mais le fait de changer de décor et de pouvoir faire la sieste !

Le Covid-19 a-t-il changé votre perception des vacances ?

C'est certain, même si pour l'instant, cette période reste trop récente pour que l'on puisse l'analyser avec du recul. De notre côté, l'entreprise est revenue en ordre de marche et a récupéré la quasi-totalité de son business. Tous nos collaborateurs sont désormais en train de prendre leurs congés et d'essayer de penser à autre chose.

Car lorsqu'on a dû remettre la machine en marche, un travail colossal a dû être réalisé : il a fallu absorber le choc, gérer du stress, ce qui a été épuisant. Beaucoup de gens ont travaillé comme jamais dans cette période et aujourd'hui, les salariés ont besoin de leurs vacances pour se ressourcer.

Avez-vous bouleversé vos plans en raison de la crise sanitaire ?

J'ai la chance d'avoir un bateau et habituellement, je pars plutôt en Corse, en Grèce, alors que cet été, je resterai plutôt dans le sud de la France. Mais pour moi, l'essentiel est d'être avec mes proches. Je pars toujours avec ma femme et mes enfants, entouré de quelques amis.

Cependant, je ne suis pas parano : il y a des gels pour les mains qui existe, et des "trucs" qu'on se met sur la bouche dans les yeux fermés est clos... Je ne suis pas de nature paranoïaque et le Cov-19 a rappelé d'une certaine manière qu'il faut savoir profiter de la vie.

En tant que chef d'entreprise, que pensez-vous de la gestion des congés de vos équipes ?

Je pense que les périodes de congés ou de repos ne veulent rien dire car certaines personnes peuvent être très efficaces en travaillant à la maison, tandis que d'autres sont en congés et restent joignables. Tout dépend aussi de la personnalité de chacun : de mon côté, cela me rendrait plutôt malade de savoir que l'on ne peut pas me contacter en période de congés !

On est dans une ère où tout le monde devient un peu nomade... De mon côté, je rêverai de pouvoir payer les gens à la tâche ! Chez nous, nos collaborateurs ont cinq semaines de congés ainsi que 18 RTT dans l'année, et je pense qu'il s'agit d'un bon équilibre, même si ce n'est pas à moi de trancher cette question.

Quelle lecture ou film conseillez-vous pour cet été ?

J'ai beaucoup aimé le film The Gentleman, sorti en 2019, avec Matthew McConaughey. Lorsque je suis en vacances, je ne regarde pas beaucoup de films, je m'amuse avec mes enfants et je suis plutôt lecture. Je conseillerai les romans de Jules Verne qui demeurent des classiques, peu importe l'époque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :