[Vous avez dit vacances ? Paroles de patrons 4/5] Isaline Richard, Predictive Image : "Une année spéciale, vacances incluses ! "

 |  | 902 mots
Lecture 5 min.
Isaline Richard est à la tête d'un laboratoire isérois d'expertise en contrôle non destructif, qui travaille avec de grands comptes du domaine de la microélectronique, du médical et de la métallurgie.
Isaline Richard est à la tête d'un laboratoire isérois d'expertise en contrôle non destructif, qui travaille avec de grands comptes du domaine de la microélectronique, du médical et de la métallurgie. (Crédits : DR)
[Série d'été / Interview] La Tribune questionne tout au long de l’été plusieurs dirigeants d’Auvergne Rhône-Alpes sur leur rapport aux vacances. Entre injections sociétales, plus-value pour l’entreprise et pour soi, ces femmes et ces hommes se livrent sans détour. Aujourd'hui, c'est au tour d'Isaline Richard, fondatrice de Predictive Image, un laboratoire de contrôle non destructif destiné aux industriels de la microélectronique, qui s'impose de décrocher habituellement deux semaines l’été. Mais la crise sanitaire l’a conduite à revoir ses plans, comme beaucoup de Français.

En quoi consiste habituellement vos activités chez Predictive Image ?

Isaline Richard : Nous avons fondé en décembre 2010 ce laboratoire d'expertise en contrôle non destructif, ce qui est l'équivalent de la radiographie médicale pour le milieu industriel. L'objectif étant de pouvoir étudier des pièces et matériaux sans les détruire afin d'en identifier les défaillances grâce à des microscope acoustiques par exemple.

Notre société de 7 personnes (1 million d'euros de CA) est basée à Voreppe (38), dans la banlieue de Grenoble, et travaille avec des acteurs du domaine de la microélectronique, du médical et de la métallurgie. Cela permet à nos clients, qui ne possèdent pas l'ensemble des équipements nécessaires ou bien les ressources qualifiées à plein temps, de se délester de ces tâches.

Aimez-vous vraiment les vacances ? Que représente cette période pour vous ?

La déconnexion totale ! J'aime les vacances et j'ai pris l'habitude d'en prendre depuis que je me suis mise à mon compte. En bout de ligne, je ne m'octroie que deux semaines en été et une semaine en hiver, mais je m'y tiens ! J'en profite pour réaliser une déconnexion ainsi qu'un retour à la famille. Habituellement, je pars avec mon mari et mes enfants dans une location, où je peux vraiment déconnecter.

Pendant ces pauses, réussissez-vous justement à décrocher ?

Je préviens mes collègues que je ne serai pas connectée et je ne fais un tour sur ma boîte email généralement que le matin, quand je peux et sans pression. Je lis tout de même mes mails pour rester informée, car il m'est difficile de couper tout contact dans une petite structure, mais je prends le parti de ne pas intervenir. Il n'y a qu'une année où j'ai vraiment dû sortir de cette position, et mes salariés en avaient été désolés pour moi.

Parfois, lorsque je vois un nouveau client arriver ou que j'ai un petit message à leur faire passer, je le fais, mais c'est vraiment anecdotique et homéopathique ! Je fais confiance à 200% à mon équipe.

Le Covid-19 a-t-il changé le visage de vos vacances ?

C'est la première année où j'ai décidé de ne pas partir en effet, et c'est assez exceptionnel, mais cela correspond à une année elle aussi inédite. D'abord, je n'avais rien réservé comme beaucoup de personnes. D'autre part, la situation économique, encore en suspens dans un grand nombre de secteurs, a fait que nous ne savions pas comment les choses allaient se dérouler cet été.

Je pense que je n'avais pas non plus complètement la tête à déconnecter dans ce contexte. Je me réserve cela pour plus tard. Je partirai uniquement sur des petites durées, voir de la famille. En tant que grande optimiste, je me suis dit que je partirai plutôt fin octobre ou novembre.

Je ne parle pas et je ne veux pas parler de seconde vague... Je me dis qu'il s'agira d'une année spéciale, vacances incluses. En attendant, j'en profite plutôt pour rester chez moi et faire de la peinture. Après tout, l'important est de penser à autre chose qu'au boulot !

Pour vos salariés, quelle vision avez-vous de la gestion des congés ?

Je pense qu'il y en a beaucoup, trop certainement, dans la mesure où avec le cumul des RTT, tous les congés ne sont pas pris en fin d'année. Je me dis que nos grands parents se sont battus pour avoir ces congés car ils étaient fatigués et qu'ils en avaient vraiment besoin. Or, aujourd'hui, on n'entend pas dire que les gens sont trop fatigués, mais qu'ils ne savent pas comment poser ces congés.

Ca devient parfois un casse-tête, notamment au mois de mai. Or, les congés ne sont pas faits pour être stockés, je pense qu'il faudrait arriver à mieux les répartir.

Pour autant : un été sans vacances est-il vraiment un été ?

Il est certain que si l'on ne prend pas de congés, ce n'est pas vraiment l'été. On a la chance d'être en plus dans un pays de côtes et de littoraux. Si l'on voit la mer, même 2 ou 3 jours, cela peut faire la différence.

C'est la raison pour laquelle je m'oblige chaque année à partir, afin de voir d'autres paysages, de sortir de la routine, et d'en profiter pour me détacher des tâches ménagères ! Pour autant, la plage avec un masque ne me parle pas...

Quelle serait votre lecture ou votre film de l'été à conseiller ?

Je lisais beaucoup mais depuis le confinement, j'ai beaucoup moins eu l'occasion de le faire. Plutôt que de regarder ma liseuse, j'ai plus envie de me mettre devant Netlflix ! Ma fille m'a recommandé une série, Les Demoiselles du téléphone et mes garçons, la série Peaky Blinders. Comme je n'ai commencé aucune des deux, je me dis que ce sera l'occasion de me mettre devant la télévision sans penser à rien.

Parfois, même regarder un bon navet permet de se déconnecter ! J'aimais aussi beaucoup aller au cinéma, mais la situation actuelle m'a un peu refroidie. Il faudrait néanmoins que je fasse le pas, le dernier film de De Gaulle est sorti...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :