Patrick Martin, Medef  : "La dramatisation exercée par E. Macron et B. Le Maire est contre-productive"

 |  | 2178 mots
Lecture 11 min.
(Crédits : Marie-Amélie Journel / LT)
Il ne comprend pas : pourquoi, et au risque de doucher la dynamique de consommation, d'investissement, et donc de reprise, Emmanuel Macron et Bruno Le Maire "dramatisent-ils" une situation économique que les relais territoriaux de son organisation jugent, pour l'heure, sous contrôle ? Le président-délégué du Medef Patrick Martin s'en irrite, et veut privilégier "pragmatisme et lucidité" pour que "l'intérêt du monde d'après" ne détourne pas les décideurs socio-économiques et politiques de "l'urgence du monde d'aujourd'hui". Le nouvel exécutif gouvernemental, les membres de la Convention citoyenne pour le climat, les maires écologistes récemment consacrés, les acteurs du secteur de la santé, sont prévenus : "sans compétitivité, il n'y a pas de place pour le rêve".

La Tribune : "Technocrate, rigide, inexpérimentée dans ses nouvelles responsabilités" ; ainsi est volontiers qualifiée Elisabeth Borne, qui succède à Muriel Pénicaud : le casting du ministère du Travail et, au-delà, la coloration d'ensemble du gouvernement Castex, vous apparaissent-ils (in)appropriés à l'envergure du chantier économique et social ?

Patrick Martin : (Silence). Nous avons travaillé de manière convenable avec Muriel Pénicaud, surtout depuis l'irruption du séisme pandémique. De notre côté, nous espérons que les nouvelles conditions nous permettront de faire mieux.

146 sur 150 : c'est le nombre de propositions issues de la Convention citoyenne pour le Climat que le chef d'Etat s'est engagé à initier. Auxquelles souscrivez-vous franchement, lesquelles dénoncez-vous franchement ? Plus globalement, applaudissez-vous franchement une "première" démocratique saluée ?

Dès l'installation de la Convention, nous avons opté pour une attitude constructive de dialogue. Abstraction faite du processus démocratique (tirage au sort) qui, en témoigne le courroux de parlementaires, est contestable, notre sentiment est contrasté. Nous partageons l'analyse d'ensemble, mais nous regrettons l'état d'esprit général qui a présidé à la tenue des débats et à la teneur des préconisations : le prisme retenu est celui d'une contrainte, d'une coercition, d'injonctions culpabilisantes à nos yeux inappropriées.

Le mouvement des Gilets jaunes l'a démontré : lorsque les citoyens n'acceptent pas une réforme, ils ne peuvent pas se l'approprier et même ils la combattent. De "mauvaises" méthodes peuvent faire avorter une "bonne" idée. Exemple ? La rénovation des bâtiments. Il s'agit là d'un engagement que nous-mêmes, au Medef, estimons majeur. Mais enfermer le déploiement dans un calendrier insupportable - 30 millions de logements en dix ans - s'avérera contre-productif, et surtout fragilisera des propriétaires qui, faute de moyens financiers pour mener la rénovation, verront ce qui souvent est leur seul bien, cruellement se dévaloriser. Autre exemple : la suppression des vols intérieurs lorsque la durée des trajets en train est inférieure à... quatre heures - finalement ramenée à deux heures trente : a-t-on songé aux conséquences économiques et sociales dans certains territoires ? Enfin, last but nos least : aucun chiffrage n'a été produit ! Le mieux est parfois l'ennemi du bien...

" Aucun chiffrage sur les 150 préconisations n'a été produit par la Convention citoyenne pour le climat ! Le mieux est parfois l'ennemi du bien..."

Certes dans un contexte singulier qui a faussé les comportements traditionnels de vote, les élections municipales se sont tenues, qui ont consacré une impulsion verte significative. Bordeaux, Strasbourg, Annecy, Grenoble notamment, et dans un territoire que vous connaissez bien - le siège de votre société Mabéo est à Bourg-en-Bresse et vous avez présidé le Medef Rhône-Alpes - : Lyon et sa métropole, les Verts ont même triomphé, en dépit d'une levée de boucliers du cénacle économique et entrepreneurial qui les a diabolisés. Les chefs d'entreprise ont-ils raison d'avoir peur de cette prise de pouvoir écologique ?

D'abord, peut-on bien parler de "prise de pouvoir écologique" ? Je n'en suis pas certain. Il s'agit souvent de coalitions entre Verts et autres mouvements de gauche, France Insoumise notamment. C'est à l'épreuve des faits que nous jugerons de leur solidité et de leur cohérence.

En tous les cas, ces nouveaux exécutifs sont en place pour six ans, et "ensemble" chefs d'entreprise et eux devront construire l'avenir des territoires. Là aussi le pragmatisme devra prévaloir. Et certaines "sorties publiques" ante et post-élections auxquelles nous avons assisté ne seront plus possibles.

Un exemple ?

Le maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic, a déclaré lutter contre l'artificialisation des sols et pour cela ne plus signer de permis de construire. Dont acte. Mais sait-il que "sa" ville est celle qui recense le plus grand nombre de nouveaux habitants chaque année ? Alors comment proposera-t-il un hébergement à chacun d'eux ? Compte-t-il fermer les portes de la cité à ces entrants ?

Replongeons-nous dans la réalité socio-économique provoquée par la pandémie Covid-19. Peu de faillite, des plans sociaux limités : ramenée à l'ampleur inouïe de la déflagration planétaire, l'envergure des dégâts en France est contenue. Pour l'heure. La France, protégée par les performants dispositifs de chômage partiel et de PGE, semble vivre dans une ouate. Redoutez-vous une rentrée puis un automne, un hiver et une année 2021 dévastateurs ?

Les dispositifs de riposte mis en place par l'Etat et à la réflexion desquels le Medef a contribué - activité partielle longue durée, report des charges, prêts garantis par l'Etat - ont fait leurs preuves. A l'instar de celles (confinement, distanciation physique, gestes barrières) liées à la crise sanitaire, ces mesures ont permis d'assurer une sorte de parenthèse, essentielle et déterminante. Il y a certes des drames d'entreprise, mais leur nombre est pour l'heure très contenu.

Pour autant, nous sommes prudents. Et anticipons deux moments critiques - nonobstant la double hypothèse, que nous ne pouvons prédire, d'une nouvelle vague pandémique et d'un séisme géopolitique - : la rentrée de septembre, lorsque les entreprises devront entamer le versement des charges sociales et fiscales qui ont été différées ; le printemps prochain, lorsque les entreprises qui ont contracté un PGE devront engager le remboursement des premières échéances.

Ce double palier nécessite dès maintenant d'élaborer des dispositifs de refinancement, notamment dans les PME et TPE. Y compris pour celles, nombreuses, qui ont entamé une forte dynamique de redressement et ont des besoins de financement auxquels les banques et établissements de crédits doivent répondre.

" Le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic compte-t-il fermer les portes de la ville aux nouveaux habitants ? "

A vous écouter, la situation des entreprises est loin d'être aussi cataclysmique que l'affirment le chef de l'Etat et son ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance. Emmanuel Macron et Bruno Le Maire dramatiseraient-ils et même instrumentaliseraient-ils la situation à des fins politiques ?

Au Medef, nous sommes très surpris des propos alarmistes des représentants de l'Etat. A nos yeux, ils ne reflètent pas la réalité. Une réalité qui remonte du terrain, via le réseau des 82 fédérations et 127 structures qui maillent les territoires et composent le syndicat patronal. Ces discours pessimistes sont d'autant plus regrettables qu'ils découragent la dynamique de consommation et d'investissement sur laquelle la relance de l'économie s'appuie.

Comment, avec de telles déclarations, convaincre les Français de "libérer" les 100 milliards d'euros d'épargne accumulés depuis le début du confinement ? L'ensemble des experts économiques annoncent une récession moins importante que les 11% assénés par l'Etat, et encore ce 8 juillet l'Insee la situe à 9%. L'Etat prophétise-t-il une hypothèse extrême afin de communiquer sur un bilan mieux maîtrisé ?

Quelles fractures et quelles inégalités en particulier craignez-vous de voir surgir ou s'aggraver ?

Toute crise a pour effet d'accélérer et de précipiter des tendances de fond. Celle du Covid-19 corrobore le phénomène. Si je dois retenir un spectre en particulier, c'est celui de l'accentuation des fractures territoriales existantes, mais aussi l'irruption de nouvelles fractures de ce type.

Pour exemple, le cluster de l'aéronautique va frapper Toulouse, mais aussi Bordeaux et l'ensemble de l'écosystème des sous-traitants qui géographiquement est proche ou éloigné. Imagine-t-on les répercussions, dans l'enclave corrézienne de Tulle, que provoque la disparition des 400 emplois de l'usine BWA ?

Bien plus loin, dans la Vallée haut-savoyarde de l'Arve, comment les usines spécialisées en décolletage avaient-elles riposté au marasme du secteur automobile ? En se diversifiant dans son pendant aéronautique...

"Le gouvernement doit dire aux Français qu'il est temps de retourner travailler et consommer", déclarait le 9 juin le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux. Deux mois plus tôt, en plein confinement, il appelait les mêmes Français à "travailler davantage" pour combler une partie des effets de la pandémie sur la "croissance" - toujours érigée en dogme immuable. A-t-il échappé au Medef qu'un tournant, peut-être civilisationnel, était en train de se jouer ?

Nous vivons une situation sans précédent, nous sommes dans un brouillard indéchiffrable, l'avenir est comme jamais obstrué, nous avançons dans un trou noir : comment nous en vouloir de réagir dans l'instant et avec pragmatisme ? Il faut savoir gérer ses contradictions. "Les consommateurs veulent désormais acheter des fraises françaises, relocalisons la production !", n'a-t-on pas entendu. Résultat ? Ces mêmes Français continuent d'acheter des fraises importées, car elles sont moins chères. Voilà la réalité. Compétitivité : c'est parce qu'elle est structurellement en souffrance, lestée par une suradministration et une technocratie étouffantes, que "nous le payons cher" - au propre comme un figuré. Et c'est cette réalité, cette nécessité de pragmatisme qu'a incarné Geoffroy Roux de Bézieux en tenant des positions qui ont déclenché d'injustes cris d'orfraie. Aujourd'hui, que constate-t-on ? Même la CFDT a fait évoluer son discours et l'a ajusté à la réalité de la situation des entreprises, et le sens des propos du président du Medef n'est aujourd'hui plus contestable. Quand Geoffroy Roux de Bézieux et Laurent Berger appellent conjointement à "reprendre le travail", n'en est-ce pas la démonstration ? Lorsque 6 000 accords d'entreprise sont signés depuis le début de la crise, n'en est-ce pas la preuve ?

A l'issue de la crise financière de 2008 - 2009, le monde patronal l'avait clamé haut et fort : plus jamais "çà", "çà" étant le néolibéralisme et le capitalisme financier qui, faute de gouvernance et de régulation internationales, avaient livré leurs pires poisons. Dix ans plus tard, les ravages civilisationnels - en termes d'inégalités, de capture des richesses, de pillage des ressources naturelles - n'ont cessé d'empirer. Quelle « part » de responsabilité ce monde patronal doit-il accepter d'endosser, et surtout qu'est-il prêt à engager maintenant et demain pour apporter sa contribution aux transformations auxquelles somme l'état du monde post-Covid ?

Comme tout le monde, les chefs d'entreprise ont conscience de la situation du monde. Ils n'y sont pas moins sensibles que d'autres - et d'ailleurs l'extraordinaire mobilisation de nombre d'entre eux pour parer au déficit de masques, de gels, d'appareils de réanimation en reconfigurant les outils de production, en a été une preuve éclatante supplémentaire. Mais ils sont aussi dans l'urgence du moment, et à ce titre se distinguent des idéalistes et des prédicateurs volontiers donneurs de leçons mais incapables de matérialiser, de concrétiser leurs belles exhortations.

Il est amusant de noter que l'intellectualisation et l'antagonisation des grands débats de société est un phénomène typiquement français. Nos homologues étrangers sourient d'ailleurs de la manière dont nous les abordons. Au Medef, preuve que nous sommes en phase avec la réalité contemporaine, nous avons constitué un groupe de réflexion et de travail, baptisé Renaissance ; composé de sociologues, de scientifiques, de philosophes, d'économistes réunis sous la tutelle du président de l'Institut Jacques-Delors et ex-président du conseil des ministres italien Enrico Letta, il s'emploie à décortiquer les grandes mutations en cours et à anticiper le "monde d'après".

Mais la réalité contemporaine, c'est aussi le "monde d'aujourd'hui" ! Lequel, pour être correctement cerné, réclame pragmatisme et lucidité, réactivité et sang-froid. Le sujet du télétravail l'illustre : que n'avait-on pas entendu pendant le confinement ? "Révolution, panacée, nouvelle norme...". Depuis, quel chef d'entreprise, quel salarié, quel représentant du personnel n'en circonscrit pas les limites ? En d'autres termes, plus que jamais le moment que nous vivons met en tension et même télescope la réalité et l'idéal, le présent et l'avenir. Il faut avancer et agir avec prudence et clairvoyance.

" La réalité contemporaine, ce n'est pas seulement le "monde d'après". C'est aussi le "monde d'aujourd'hui"! "

A la faveur du confinement, a semblé "éclater" à la face de la société l'utilité de métiers et d'emplois cruellement dévalorisés aux plans autant pécuniaire que d'image. Est-ce un "sujet" pour le Medef ?

Personnellement, je n'ai pas attendu l'épreuve du confinement pour estimer l'utilité d'une aide-soignante, d'un éboueur ou d'un chauffeur-livreur ! Bien sûr la faible rétribution de ces emplois est un problème. Mais les causes sont souvent multiples. Pour exemple, le personnel soignant : l'insuffisant niveau de rémunération résulte des surcoûts de fonctionnement provoqués par les 35 heures et la suradministration de l'organisation. Des gisements de gains existent, qui pourraient profiter au traitement salarial. Mais l'impécuniosité chronique de l'Etat, les rivalités privé - public, les chapelles administratives et technocratiques inréformables, bloquent toute possibilité de les explorer et les cultiver. Là encore, on en revient à une règle immuable : sans compétitivité, sans efficacité, on ne peut pas créer d'opportunités salariales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2020 à 22:34 :
Patrick Martin a mon entier soutien, dramatiser n'est pas la bonne façon pour se mobiliser pour la reprise, les atouts et les compétences sont intactes et même augmentées puisque les responsables du monde économique ont les aptitudes et moyens pour rebondir.
a écrit le 10/07/2020 à 15:21 :
Je reprends l’un des commentaires auquel je souscris entièrement : Je n'ai jamais cru que des gestionnaires du quotidien, puissent être ceux qui, dans les périodes complexes, seraient les personnes de la situation.

Tous ceux qui dirigent l’Etat depuis trois ans (voire plus) n’ont jamais fait preuve de vision. Ce sont de petits gestionnaires (et de grands disants)

Prenons un cas : le transport aérien. En contrepartie d'une aide (somme toute modeste et limitée) ils imposent des contraintes qui n’ont RIEN à voir avec la crise catastrophique que subit ce secteur : supprimer certaines lignes au profit du TGV, contraintes écologiques microscopiques pour l’immédiat et fantasmagoriques pour les vingt années qui suivent.
Pendant ce temps le marché français est en train d’être dévoré à bon compte par les low cost étrangères.

Une vision pour cette activité serait la création du PIAF qui permettra de réindustrialiser l’économie française, de rétablir la souveraineté nationale et créer des coûts compétitifs.

Tout le reste est littérature. Quant à l’écologie, la Terre peut tourner encore quelques années et attendre qu’on ait rétabli notre économie pour s’occuper d’elle. Sauf qu’il y a des élections et qu’il faut caresser les Verts dans le sens du poil. Quelle honte !
Réponse de le 11/07/2020 à 11:09 :
vous oubliez que le medef lui aussi gère les entreprises au jour le jour
et non pratiquement aucune vision a long terme
surtout les grosses entreprises dirige par les énarques
exemple dans les années 80 les machines de production
soit disant pas assez performante on été vendu au usa
qui eux produise avec benefice
et nous en France on a investi des somme folle pour
produire plus et plus vite et au finale la
fermeture des entreprise car trop cher le cout de revient
a écrit le 10/07/2020 à 13:16 :
--"sans compétitivité, il n'y a pas de place pour le rêve"--
J'ai rarement lu une phrase aussi stupide. Pourtant, en tant que lapin, des idioties, j'adore en dire et en écrire, mais là je dois m'avouer battu a plates coutures
Chapeau bas Monsieur.

J'ai hate de lire l'ensemble de l'article quand il sera passé dans pressreader.
Réponse de le 13/07/2020 à 7:52 :
@ Lapin. Soyez rassure, le reste de l'article est du meme tonneau.
a écrit le 10/07/2020 à 10:29 :
Le pouvoir en place doit suivre le cahier des charges de Bruxelles, il en va de garder leur statut dans moins de 2 ans! Mais, rien ne les empêchent de "ménager la chèvre et le chou" pour se maintenir en place et pour cela vont travailler a "la petite semaine"!
a écrit le 10/07/2020 à 10:21 :
Jamais rien ne change sans une mobilisation populaire.
Dans l'état actuel des choses peu de choses vont bouger. La tendance est même à revenir et en profiter pour durcir la situation antérieure. Les réformes prévues devraient revenir sur la scène, et compte tenu de la situation économique aller beaucoup plus loin que précédemment. Si le bon peuple de France y consent. Endormi, confiné, il n'est pas impossible qu'il sorte de sa léthargie....pour le meilleur ou pour le pire.
a écrit le 10/07/2020 à 10:09 :
"sans compétitivité, il n'y a pas de place pour le rêve"

Oui mais la compétition pour être saine doit rester un jeu et non un mode de fonctionnement imposé or dès l'école on nous apprend seulement à être meilleur que l'autre au lieu de chercher déjà à être meilleur que nous mêmes comportement bien plus vertueux que de bêtement chercher à battre l'autre sans avoir à se remettre en question soi-même.

Battre l'autre est un but idiot, dévalorisant pour tout le monde, chercher à se dépasser soi-même par contre élève toute l'humanité, la nuance n'est certes pas forcément facile à voir pour tout le monde, enfin quand même elle est pas compliquée à comprendre hein faites un effort que diable puisque pourtant vous vous noyez tous dedans. Un problème de langage certainement dorénavant totalement déformé par la classe politico-affairiste.
a écrit le 10/07/2020 à 9:47 :
"pragmatisme et lucidité" je ne sais pas si cela correspond au monde politique !
Le confinement a été une démonstration qui montre la décorrélation entre la question économique et la question de la santé.

Le manque d'anticipation, fait que nous courrons après le monstre la ou nous aurions été a même de gérer hors choix politique (les 15 jours de retards).

Puis au fait d'avoir la capacité de regarder le monde, il est évident que ne voulant chercher de solutions autres que "le vaccin" qui la aussi est une question économique plus que de santé, je ne crois pas un instant que le président est une compréhension des architectures économiques.

Sinon, nous n'aurions pas eu la démonstration médiatique de ce qui semble avoir été une opposition entre plusieurs pharmacopées, d'ou il semble que le déni sur les solutions oblige de fait a une réactivité de tout les instants.

Il y a des questions hautement économiques, mais pas celle que l'on croit. Dire n'est pas faire, mais faire c'est dire.

Ne pas avoir trouvé un consensus de fonctionnement, qui a mon avis tenait au fait de l'absence de prophylaxies, est a l'image des solutions qui ont été trouvées par d'autres, pour au moins détenir la capacité d'action claire, de discours donc adaptés.

Je n'ai jamais cru que des gestionnaires du quotidien, puissent être ceux qui dans les périodes complexes seraient donc les personnes de la situation.

Et puis, devons nous croire que sans vision, (nous avons passé trois mois) en indoor sans pratique du sport pour revenir et faire les jeux olympiques dans une zone sismique !

La faiblesse du pouvoir politique va se vérifier dans les temps a venir, car tous avait compris au début du confinement, qu'ils étaient dans le vent, alors l'idée a présent de vouloir trop préparer sans anticiper, oblige a envoyer des messages dans le vide a tous et a personne....

Et comme nous avons le monsieur "déconfinement" 1er ministre, cela ne devrait pas et pourtant.....

Le dénuement des médecins pour faire face, indique que dans toute situation la question sera le fait, alors la com est elle prophétie auto réalisatrice?

Nous allons donc voir quels vont être les choix économiques du gouvernement, car ils ne sont guidés que par cela et non la santé, c'est pourquoi la grille de lecture est ainsi !
Réponse de le 11/07/2020 à 18:40 :
@gonzague
Les choix économiques du gouvernement seront
du "capitalisme néo libéral" avec une accentuation du contrôle généralisé de la population.
Des pas supplémentaires vers l'abîme.
Seul un sursaut populaire pourrait faire radicalement changer les choses, mais cela ne pourrait survenir que dans la douleur et la violence.
Face aux forces réactionnaires il n'y a pas d'autres possibilités.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :